Gourma/Insécurité : La Coalition Jam à la recherche de solutions endogènes

Fada N’Gourma, (AIB)-La caravane de la Coalition Jam pour la paix et la Cohésion sociale( CJPaCS)   a séjourné dans la cité Yendabri  le samedi 26 décembre 2020  à la quête de solutions endogène pour le retour de  la paix et le raffermissement de la cohésion sociale.

Le Burkina Faso, autrefois un havre de paix, est confronté depuis plus de cinq ans à des graves atteintes à la paix et à la cohésion sociale engendrant ainsi beaucoup des pertes aux Burkinabè.

Cette situation a fragilisé le légendaire bien vivre ensemble entre les différentes composantes de la Nation.

C’est dans ce douloureux contexte qu’est née la Coalition Jam pour la paix et la Cohésion sociale.

Elle cherche ainsi par les caravanes   à endiguer par des moyens appropriés et pacifiques, ce mal qui a assez appauvri et endeuillé les populations.

Cette caravane de Fada N’Gourma a regroupé le samedi 26 décembre 2020 les leaders communautaires venus des régions de l’Est et du Centre-Est ainsi que d’autres localités du Burkina Faso.

Ils se sont qui se sont penchés sur la thématique «Rôles et responsabilités des leaders d’opinion dans la quête de la paix et de la cohésion sociale».

Dans des échanges emprunts de franchise et de courtoise, les participants ont minutieusement relevé les pratiques qui effritent le bon vivre-ensemble avant de proposer des solutions.

El Hadji  Moussa Cissé ,Président de la Coalition dira dans son intervention que la présente tournée à travers le pays a pour but unique d’amener les Burkinabé à s’assoir autour d’une même table pour échanger, se comprendre et émettre des idées pour la consolidation de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso.

Naba Diébado , ministre du Roi du Gulmu.

Naba Diébado, ministre du roi du Gulmu et ambassadeur de la Paix, soutiendra que l’incivisme, la stigmatisation et la radicalisation sont sources de crises communautaires.

La pauvreté, le manque de respect aux us et coutumes et la précarité des zones pastorales fragilisent la paix et la cohésion sociale, poursuit-il.

Le respect mutuel entre les hommes, l’enseignement de la sacralité de la vie humaine et l’éducation favoriseront le retour de la quiétude dans le pays des hommes intègres, a soutenu le ministre.

Selon Amadou Ambroise Diara, commissaire de police à la retraite et membre de la Coalition Jam pense que la caravane est une nécessité au regard de l’adhésion des populations qui souhaitent que la vraie justice fasse son travail dans le traitement des litiges.

Il demeure optimiste quant au retour de la paix si l’Etat encourage ce genre de caravane qui est une tribune libre où les concernés s’expriment librement et font des propositions de solutions à leur problème dans les zones éprouvées par l’insécurité.

Les caravaniers ont inventorié une panoplie de solutions aux crises communautaires qu’ils ont transmise aux autorités régionales par l’intermédiaire du conseiller technique ,chargé de la gestion des conflits au gouvernorat de l’Est  Mahamadi Zaba.

Amadou Ambroise Diara. Commissaire de police à la retraite, membre de la Coalition Jam.

Mahamadi Zaba, représentant le gouverneur de l’Est,  a salué l’initiative de la Coalition Jam et a invité les différentes parties  à s’investir davantage dans le renforcement de la paix et la cohésion sociale.

Agence d’Information du Burkina (AIB)

Kanlièyama Aboubacar COMBARY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here