Burkina-Religion-Fête-Noël-Célébration

Noël 2020: La Covid-19 atténue la ferveur de  la fête à      Ouagadougou

Ouagadougou, 25 déc. 2020 (AIB) – La Noël appelée la fête de la nativité (chaque 25 décembre) a été célébrée  cette année 2020 dans un contexte de la maladie à coronavirus (Covid-19) caractérisé par une ambiance morose dans certaines familles, due aux mesures imposées par la pandémie,  a constaté l’AIB dans la capitale burkinabè.

A l’occasion de la fête de Noël de cette année, les chrétiens de Ouagadougou, à l’instar de ceux d’autres localités du pays et du monde, ont été amenés à s’accommoder au contexte imposé par la pandémie du coronavirus.

Maurice Congo, un catholique de l’église Sacrée cœur de  Dapouya (au centre de Ouagadoudou), avoue que la fête de la nativité  de 2020 est différente de celle des années antérieures au regard du fait qu’elle se déroule dans un contexte de Covid-19.

Ce 25 décembre, il revient de la messe. A l’écouter, un nombre de mesures barrières  sont à respecter à l’église afin d’éviter la propagation de la maladie au Burkina.

«Nous avons préféré fêter en contexte familial avec moins d’ambiance que les années antérieures», a-t-il fait remarquer.

A la veille de la fête (24 décembre), Mme Ouangrawa  Antoinette, une  cliente rencontrée aux abords de la cathédrale de  Ouagadougou,  emboîte la même trompette.

«Cette année nous fêtons Noël simplement parce que nous sommes dans un contexte de Covid-19 et on ne  peut pas se permettre d’inviter beaucoup de gens à la maison», a expliqué Mme Ouangranwa.

Elle a, par ailleurs, précisé que les gestes barrières seront respectés notamment la distanciation sociale, à l’occasion de cette fête de naissance de l’enfant Jésus.

Gabriel Ouédraogo de l’église Saint Joseph de Tampouy, un autre fidèle rencontré non loin de l’échangeur du Nord explique que chaque membre de sa famille avait son cache-nez avant d’aller à la messe et que la distanciation était également respectée à l’église.

«Nous allons  respecter les mesures barrières de la Covid-19  en famille  car nous savons qu’il y a une recrudescence de la maladie  dans notre pays»,-t-il renchéri.

Les affaires en pâtissent

Les répercussions néfastes de la maladie se font également ressentir sur les affaires, en témoignent les réactions de certains commerçants.

A la veille de Noël, aux  environs de 17h 30 mn, aux abords du grand marché de Ouagadougou, le constat qui se dégage sur les lieux de vente   des sapins, des crèches de Noël et dans  quelques familles traduit une certaine morosité de l’ambiance.

Le gouvernement burkinabè a exhorté  les Burkinabè à se remobiliser «urgemment» pour faire face au rebond de la Covid-19, sans quoi, il risque de reconduire les mesures restrictives (couvre-feu, fermetures des marchés, d’écoles et de lieux de cultes».

De l’avis des vendeurs, la rareté des clients  se justifie par le fait que  la célébration de la naissance de Jésus se déroule dans un contexte de Covid-19 ayant impacté «négativement» leurs économies.

Arzouma Sébego,  l’un des vendeurs des sapins de Noël, à côté de la boutique  «Ouaga pas cher», non loin du marché central de Ouagadougou, affirme ne jamais vivre un tel marché à la veille de Noël.

 

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here