Roch Kaboré accueilli en conseil de ministres par Seydou Zagré.

Burkina-Culture-Livre-Kaboré-Dédicace

Burkina : Théophile Balima s’interroge sur les présumées qualités du président Kaboré

Ouagadougou, 26 déc. 2020(AIB)-La générosité, l’indulgence, la simplicité et la ferveur religieuse attribuées au président Roch Kaboré, peuvent être également vues comme une injustice, un laxisme ambiant ou encore une entorse à la laïcité, a estimé samedi, le journaliste Serge Théophile Balima.

Samedi, le Directeur de cabinet du président Roch Kaboré, l’ambassadeur Seydou Zagré a dédicacé son livre «Roch, l’Insubmersible», dans lequel il a brossé les présumés qualités de l’homme qu’il côtoie depuis une trentaine d’années.

Le journaliste-écrivain Pr Serges Théophile Balima qui a présenté l’ouvrage, s’est interrogé sur «les défauts de ces présumées qualités».

Selon Pr Balima, la légendaire générosité du premier des Burkinabè peut être considérée comme une forme d’injustice par ceux qui ne peuvent pas l’approcher.

Aussi, son indulgence face à ses adversaires politiques, aux citoyens et aux médias qui l’outragent ou qui le diffament, pourrait entraîner la répétition de ces manquements, estime Théophile Balima.

«Il faut chercher à se faire craindre, avant de chercher à se faire aimer quand on veut exercer le pouvoir d’Etat.  Mais lui Roch ne veut faire peur à personne. N’y a-t-il pas alors une forme de défaut, imputable à l’homme ?», s’est questionné l’enseignant-chercheur.

Il s’est également interrogé si la ferveur religieuse du président Roch Kaboré , son opposition  à  la violence ou à la peine de mort, sont des bons repères pour une gouvernance laïque et pour un pays qui veut reprendre aux terroristes, des pans de son territoire.

«La foi religieuse comme guide suprême de l’action au sommet de l’Etat est-elle efficace pour mettre de l’ordre dans le Burkina Faso post-insurrectionnel ? Certains concitoyens comme par boutade, n’hésitent pas à dire que tant que le président continuera de communier à la messe, sa clémence sera une faiblesse dans sa gouvernance», a relaté le journaliste.

D’après Pr Balima, le chef de l’Etat manifeste une sorte de «désacralisation du pouvoir», lui qui continue de vivre chez lui dans un quartier populaire de Ouagadougou et qui se déplace parfois à minima, avec deux de ses voitures personnels.

Pour le journaliste, cette supposée «simplicité incarnée» peut entrainer «le laxisme ambiant, l’outrecuidance de certains acteurs sociaux ou la porte ouverte à la témérité d’éternels contestataires».

Serge Balima, photo d’archive.

De son avis, le refus de Roch Kaboré de dialoguer avec les terroristes, est aux antipodes de la personne décrite dans l’ouvrage, quand on sait bien que toute confrontation finie par le dialogue.

Le changement de mentalité comme préalable au développement durable peut-il se faire sans un usage raisonné des méthodes fortes, à contrario de la méthode Roch, faite «de sérénité et de douceur dans l’action» ?, s’est demandé encore le journaliste.

Le Dr Seydou Zagré a assuré que la présentation faite par Pr Balima est plus riche que le contenu de son ouvrage.

Il a également indiqué que tout n’est pas bon à écrire et qu’il laissait le soin à d’autres auteurs de présenter d’autres facettes du chef de l’Etat.

Le président du parti au pouvoir (MPP) Simon Compaoré, fort de ses 45 ans de compagnonnage avec le président Kaboré, a proposé à Dr Zagré de lui «filer» d’autres informations quand il voudra rééditer son livre.

«Tous ceux qui se confient en Dieu, finissent par être insubmersibles», a-t-il indiqué, avant de préciser que «Dieu ne donne pas de cornes à un taureau fougue».

Agence d’information du Burkina

Tilado Apollinaire ABGA

A propos du livre :

‘’Roch, l’Insubmersible’’, 80 pages, prix de vente : 5 000 FCFA, a été édité par les Editions ICRA Livre, 2020, et préfacé par le ministre Séni Mahamoudou Ouédraogo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here