Blaise Sandouidi invite les Burkinabè à soutenir leurs frères qui souffrent.

Prise en charge des malades mentaux à Boulsa : L’ADIG sollicite davantage de moyens

Boulsa, (AIB)- L’association pour le développement intégré Guesbéogo (ADIG) qui s’occupe de plus de 360 personnes souffrant de divers troubles mentaux, a sollicité le 19 décembre 2020, davantage de moyens pour leur redonner la dignité.

Le Haut-commissaire de la province du Namentenga Anastasie Sawadogo a présidé à Boulsa le 19 décembre 2020 la célébration en différé de la journée mondiale des malades.

Cette dernière manifestation est la 10è édition du genre organisée par l’association pour le développement intégré Guesbéogo (ADIG) sous le thème « Protéger les jeunes contre les manipulations des industries et les empêcher de consommer du tabac.»  

«Plus 360 patients comprenant des patients souffrant de psychose, de dépression, d’épilepsie, de démence et de la drogue sont suivis par notre association.  Nous nous évertuons à les rendre propres   et à les habiller. Nous effectuons également des   visites des malades à domicile», a indiqué le président de l’association Blaise Sandouidi.

Il a remercié les personnes physiques et morales dont le Cercle des amis allemands pour les différents appuis.

Photo de famille des officiels lors de la cérémonie.

«Je tiens à leur témoigner toute ma gratitude. Toute chose  qui nous a permis d’accompagner dans plusieurs domaines  nos malades durant l’année. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt, le manque   de médicaments pour les malades, l’absence d’infrastructures pour pouvoir héberger certains malades   rendent   difficile notre tâche sur le terrain», a ajouté Blaise Sandouidi.

Le parrain   Sidnoma   Issaka  Kaboré   président directeur général de la SAPAD, a réaffirmé son engagement à soutenir l’ADIG qui selon lui,  mène des actions  honorables  et humanisant l’homme. Il a également félicité l’association pour la décoration avant d’inviter les bonnes volontés à la soutenir.

«Qu’avons-nous fait à la société ? Nous avons l’impression d’être oubliés. Fort heureusement que ADIG a pensé à nous offrir des soins de santé, la nourriture et des vêtements.», a affirmé le représentant des patient Pascal Kaboré.

Satisfaite de la forte mobilisation de la population, Anastasie Sawadogo    a remercié tous les partenaires de l’association et a réitéré son engagement à l’accompagner pour   l’accomplissement de sa noble et difficile mission dans la mesure de ses capacités et de ses compétences.

Agence d’information du Burkina

Jean-Baptiste DAMIBA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here