Namentenga : Le HCR plaide pour la protection des PDI

Boulsa, (AIB)-Le Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR) a organisé le 9 décembre 2020 à Boulsa, un atelier sur la protection des Personnes déplacées internes (PDI).

La région du Centre-nord, à la date du 9 septembre 2020 comptait à elle seule, plus de 40% du chiffre total de Personnes déplacées internes (PDI). Sur les 1 034 609 PDI enregistrées au Burkina, le Centre-nord se retrouve avec 422 267.

En plus des besoins en abris, le Centre-nord connait de sérieux problèmes en matière de monitoring, de documentation civile, d’enregistrement des PDI. De ce triste  constat, selon le HCR, la réponse en collaboration avec les autorités s’avère indispensable.

C’est pourquoi, il a  initié un atelier   pour renforcer la capacité   des acteurs étatiques en matière de protection des PDI.

A cet effet ,  Thierry Thiam du bureau HCR  du Centre-nord et Idrissa Gansonré Secrétaire général de la province ont, notamment, développé la définition des concepts sur  la protection des PDI, le cadre légal des PDI, la politique d’engagement du HCR dans  les situations de déplacements internes, le cadre juridique de la documentation civile au Burkina et les 30  principes directeurs des PDI.

A l’issue des échanges, les participants ont eu des réponses satisfaisantes à leurs préoccupations qui portaient  notamment  sur le nombre, les catégories et les nationalités des réfugiés vivant sur le sol burkinabè, le temps de séjour d’un réfugié dans un pays hôte, la problématique des déplacés qui n’ont plus leurs pièce d’Etat civil,  les droits liés à leur statut ?

Face à la complexité de délivrance des pièces d’Etat civil aux PDI qui les ont perdues suites aux attaques terroristes, les participants, après s’être longuement appesantis sur la question, recommandent la création d’un cadre juridique formel   en la matière à travers lequel l’autorité administrative pourrait se baser pour la délivrance des pièces d’Etat civil aux PDI.

Nogdo Kafando, agent de l’Action sociale en service à Yalgo a apprécié la tenue de cet atelier.

«C’est le Conseil départemental de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR) qui gagne en maturité. Je demande que les membres s’impliquent effectivement pour faciliter la gestion efficiente des PDI. Le fait qu’il ait réuni   autorités provinciales, communales, militaires et paramilitaires était la bienvenue», a-t-il dit.

A l’instar des autres participants, messieurs Gansonré et Thiam se sont réjouis de la qualité des échanges et des résultats auxquels ils sont parvenus.

Agence d’information du Burkina

Jean-Baptiste DAMIBA

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here