1. Plusieurs personnalités étaient présentes à la cérémonie.

Burkina : Le Dima de Boussouma intercède pour le retour des déplacés internes

Kaya, (AIB)-Le 32e Dima de Boussouma, le Naaba Sigri, a célébré du 10 au 13 décembre 2020, dans son palais royal, sa deuxième fête des récoltes, «Naab Kitoaga», afin de permettre aux populations de jouir de leurs récoltes en ‘’bonne santé’’.

Le Kitaoga ou la fête des récoltes est une communion que le Dima de Boussouma a, annuellement, avec ses ancêtres pour leur traduire sa reconnaissance pour une campagne agricole écoulée. Ces rites coutumiers autorisent ‘’coutumièrement’’ les populations à jouir de leurs récoltes en ‘’bonne santé’’.

La 2e édition du Kitoaga du Dima de Boussouma, le Naaba Sigri, s’est tenu les 10, 12 et 13 décembre 2020, à Boussouma. Selon l’un des princes de la cour royale de Boussouma, Hamidou Ouédraogo, par ailleurs professeur certifié d’Histoire-Géographie, le Kitoaga, initié depuis la fondation dudit royaume, a débuté le 4 décembre dernier et s’est étalé sur au moins une semaine.

«A partir du 4 décembre, le Dima a quitté le palais royal pour accomplir des coutumes et traditions dans certaines localités de son royaume», a-t-il déclaré. A l’écouter, le jeudi 10 décembre était la date de son retour de son lieu de pèlerinage au palais royal avec tous les fétiches, accompagné des ressortissants de la localité : c’est le Napusm.

La journée du 12 décembre a été consacrée à la présentation du roi à ses courtisans (ministres) et le début de toutes formes d’allégeance des chefs de cantons et de villages (kombemba).

3. Une foule immense a assistée au Naaba Kitoga

«Le Dima a aussi reçu les salutations des princes, tengsoba (chef de terre), tan-soba (chef de guerre)», a ajouté Hamidou Ouédraogo. A l’entendre, les salutations d’usage des officiels, la réjouissance populaire et la transmission du message du Dima aux populations ont été dédiés à la journée du 13 décembre.

Dans son message, transmis par son porte-parole, Constantin Silmiraogo Nabalma, le Dima de Boussouma a souligné que le Kitoaga 2020 a été placé sous le signe de la lutte contre le COVID-19, de la paix au Faso et du retour rapide des Personnes déplacées internes (PDI).

Cultiver la paix

«Sa majesté lors de sa retraite spirituelle a intercédé auprès des ancêtres pour qu’il y ait une vraie paix au Burkina Faso. Il a aussi demandé pour que Dieu apaise les cœurs des forces du mal, afin qu’elles rejoignent les frères et sœurs qui vivent en symbiose», a poursuivi M. Nabalma.

Le Naaba Sigri a invité les populations à continuer d’observer les mesures barrières contre le coronavirus. Pour Constantin Nabalma, même si les récoltes ont été abondantes, le Dima de Boussouma a manifesté son inquiétude quant à la prise en charge alimentaire des milliers de Personnes déplacées internes.

De ce fait, il a appelé à la solidarité envers ces familles éplorées. «Chaque Burkinabè doit cultiver la paix, la tolérance et le vivre-ensemble, afin que ces PDI regagnent leurs villages d’origine», a souhaité le porte-parole.

4. Des chefs de cantons et de villages faisant vœu d’allégeance au Dima de Boussouma.

Des autorités administratives, politiques et coutumières ont communié avec le Naaba Sigri lors de sa réjouissance populaire. Pour le Cardinal Philippe Ouédraogo, cette fête de récolte est une fête de famille.

«Nous sommes tous ‘’un’’ et nous devrons collaborer pour le bien du peuple. Au-delà des distinctions religieuses et ethniques, nous sommes les grains d’un même et seul panier. Pour ce faire, nous devrons être solidaire et vivre en frère et sœur», a-t-il souhaité.

Il a aussi rendu grâce au Seigneur pour les élections apaisées du 22 novembre dernier au pays des hommes intègres.

Le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Simon Compaoré, a remercié le Naaba Sigri pour sa contribution d’un Burkina Faso de paix.

«Ces genres de chef sont des ‘’hypotenseurs’’ au sein de notre société, qui permettent d’abaisser la température lorsqu’elle est montée, à travers leur présence ou leur capacité à faire revenir la paix pour une stabilité sociétale», s’est-il réjoui.

Agence d’information du Burkina

Emil Abdoul Razak SEGDA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here