Côte d’Ivoire-Présidentielle-Contestation-Dialogue-Déclaration

 

Côte d’Ivoire : L’ancien président Bédié propose «l’organisation d’un Dialogue national»

 

Ouagadougou, 10 déc. 2020 (AIB) – L’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié qui avait tenté de mettre en place un Conseil national de la transition (CNT) pour s’opposer à la réélection du président Alassane Ouattara, a proposé mercredi, «l’organisation d’un dialogue national».

 

«Je propose dès maintenant et urgemment, en accord avec toute l’opposition, l’organisation d’un dialogue national en lieu et place du «tête à tête Bédié– Ouattara» car l’enjeu en cause c’est celui de la Côte d’Ivoire Rassemblée», a déclaré mercredi, l’ex président Bédié.

Cette déclaration intervient après l’appel du président réélu Alassane Ouattara le 10 novembre dernier à «un dialogue sincère et constructif avec l’opposition dans le respect de l’ordre constitutionnel».

Les rapports entre le pouvoir et l’opposition se sont dégradés, depuis la décision et la réélection du président Ouattara à un troisième mandat.

L’opposition avait appelé à une désobéissance civile qui avait occasionné des morts et elle avait tenté de mettre en place un Conseil national de Transition et un gouvernement de Transition.

Le pouvoir avait réagi par l’arrestation de plusieurs responsables de l’opposition et un blocus autour de la résidence de Bédié, blocus finalement levé.

Dans son message à la Nation du 10 novembre dernier, Alassane Ouattara avait invité l’ancien président Henri Konan Bédié qu’il appelle son « aîné », à un dialogue dans les tout prochains jours.

Les deux hommes se sont rencontrés le lendemain «pour briser la glace» mais depuis plus rien ne s’était passé.

Dans sa déclaration du mercredi, le doyen des acteurs politiques ivoiriens, Bédié a déclaré que  le «nouveau cadre de Dialogue qui verra la participation de toutes les forces vives de la Nation, remplace évidemment le Conseil national de Transition (CNT)».

«En cohérence avec cette main tendue pour la paix», Bédié a affirmé que «la lutte privilégiera désormais les marches et toutes les autres formes démocratiques de la résistance et de la contestation propres à une opposition responsable et constructive».

Il a invité le pouvoir «à la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes, jeunes, femmes, cadres de la société civile et leaders politiques qui sont encore incarcérées, ainsi qu’à la cessation de toutes les poursuites judiciaires à leur encontre».

Il a également invité «chaque Ivoirien, chaque Ivoirienne, en Côte d’Ivoire, dans le monde entier, dans chaque ville, chaque village à une grande marche pour le dialogue et la paix dont la date sera fixée dans les jours prochains».

 

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

Photo : PDCI RDA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here