Ecole et crise sécuritaire : Koug-Nongom Bonkoungou accède au grade de docteur en sociologie

Ouagadougou, 09 déc. 2020 (AIB)-L’Inspecteur de l’enseignement de 1er degré Koug-Nongom Bonkoungou a été sacré mardi, docteur en sociologie, après avoir mené des recherches sur les rapports des populations à l’école, dans un contexte de terrorisme au Nord du Burkina Faso (Oudalan).

L’étudiant en année de thèse, Koug-Nongom  Bonkoungou, par ailleurs Inspecteur de l’enseignement de 1er degré, veut mieux comprendre la situation de l’école dans le contexte d’insécurité au Burkina Faso en menant la réflexion sur le thème : « Approche socio-anthropologique des rapports à l’école dans le contexte de terrorisme dans la province de l’Oudalan (région du Sahel, Burkina Faso) ». L’impétrant a livré les résultats de ses recherches, le mardi 8 décembre 2020 à l’université Pr Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou.

Comment les perceptions de l’école sous la menace terroriste affectent-t-elles la relation des populations avec l’institution éducative ? ou encore comment le faible engagement communautaire affecte-t-il la continuité de l’éducation dans le contexte de l’insécurité ? Telles ont été, entre autres, des questionnements sur lesquelles le chercheur a mené ses travaux.

A en croire l’impétrant, l’objectif à travers le choix de sa thématique, a été d’analyser les mutations des rapports des populations à l’école et de leurs influences sur la résilience du système éducatif dans le contexte des attaques terroristes dans la province de l’Oudalan.

A l’issue de trois heures de restitution, le jury composé de 4 éminents membres a jugé son travail recevable et lui a décerné la mention de très honorable. Le Pr Alkassoum Maiga, par ailleurs président du jury, a jugé le thème assez original.

« Son thème était d’actualité et aussi, il a su bien décrire le contexte dans lequel vit la population touchée par le phénomène de l’insécurité dans l’Oudalan. Il a fait des analyses sociologiques et débouché sur des perspectives qui sont captivantes. Nous espérons que l’éclairage qu’il a apporté à ce phénomène va permettre à l’Etat d’avoir des bases scientifiques pour orienter son action », a ajouté le Pr. Maïga

«Ce qui nous a motivé à choisir ce thème, c’est la fermeture des écoles suite au terrorisme, et nous nous sommes dit que ce n’est pas aux autres chercheurs de venir analyser la question de l’école dans le contexte de l’insécurité pour nous. Cette recherche était beaucoup plus une interpellation professionnelle, parce que c’est à nous en tant que professionnel de trouver le problème qui mine notre système éducative », a affirmé M. Bonkoungou.

Au total, il a indiqué que ses travaux ont révélé une difficile continuité de l’éducation dans cette partie du pays à fort défis sécuritaires en raison de l’absence d’initiatives locales, de la non implication dans les actions étatiques jugées inadaptées par les populations et surtout des incompréhensions entre niveau central et niveau recherches.

Au total, il a indiqué que ses travaux ont révélé une difficile continuité de l’éducation dans cette partie du pays à fort défis sécuritaires en raison de l’absence d’initiatives locales, du non implication dans les actions étatiques jugées inadaptées pat les populations et surtout des incompréhensions entre niveau central et niveau local.  « Et je suis animer de joie de savoir que mon travail a été apprécier par les membres du jury», a laissé entendre le nouveau Docteur en sociologie, Koug-Nongom Bonkoungou.

Malata COULDIATI(Collaboratrice)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here