Législatives/Passoré : Parcours professionnel et politique des trois élus

Yako, 08 déc.2020(AIB)-En attendant la validation des résultats provisoires des élections législatives du 22 novembre 2020, voici le parcours professionnel et politique des trois élus du Passoré.

Pour les élections législatives du 22 novembre, 39 partis politiques étaient en lice pour la conquête des trois sièges à pourvoir au Passoré.

Le verdict des urnes a sacré l’Union pour la renaissance/ Parti sankariste (UNIR/PS), le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et le Mouvement du peuple et du progrès (MPP).

L’élu de UNIR/PS, Halidou Sanfo, né le 1er janvier 1973 à Ouayilé dans la commune de Yako, a gravi plusieurs échelons tant au niveau professionnel que politique.

Halidou Sanfo.

Enseignant, puis instituteur principal, il est maintenant conseiller pédagogique au ministère de l’éducation nationale.

Au plan politique, c’est seulement en 2012 que l’homme s’est fait piqué par le virus de la politique.  Il est alors élu conseiller municipal de Quayilé et député pour le compte du Passoré.

Après l’insurrection populaire de fin octobre 2014 qui a écourté la législature, Halidou Sanfo retourna au ministère de l’Education nationale comme conseiller technique.

En novembre 2015, il est réélu député à l’Assemblée nationale pour le compte de l’UNIR/PS au Passoré.

C’est avec fierté qu’il explique la manière dont il a été réélue à cette époque.

«Je ne suis pas un candidat qui a été imposé par le niveau national. Je suis donc un candidat proposé et suscité par la base. Donc naturellement, cela colle avec les aspirations, la volonté et l’intention de la population et des militants du parti»,disait-il.

Une fois à l’hémicycle, l’homme va occuper plusieurs responsabilités dont celle de député au Parlement panafricain pendant les 5 ans de son mandat et simultanément membre suppléant à la Haut cour de justice.

Halidou Sanfo fut par ailleurs secrétaire national chargé des structures de son parti, l’UNIR/ PS avant d’être désigné comme président du comité d’organisation ainsi que directeur national de campagne pour les élections du 22 novembre 2020.

M. Sanfo est marié et père de deux enfants. Il dit devoir le secret de sa réussite à sa mère qui lui a inculqué beaucoup de valeurs comme l’amour du travail et du prochain et la fraternité.

«Je dis merci à la population du Passoré pour sa confiance renouvelée. Je ferai en sorte de ne pas décevoir ceux qui m’ont porté leur confiance. Je ferai en sorte que même ceux qui ne m’ont pas voté, qu’ils puissent bénéficier des actions que je vais poser » a conclu Halidou Sanfo.

Le deuxième élu provient du Congrès pour la démocratie et le progrès( CDP).

Il se nomme Patrice W. Ilboudo. Surnommé « l’homme du Passoré », par ces camarades du parti,  Patrice W.Ilboudo est né le 25 juillet 1963 à Abidjan en République de Côte d’Ivoire.

Le désormais élu député du CDP au Passoré est un produit de l’administration financière.

Patrice W Ilboudo.

Il fut d’abord un agent de la statistique agricole aux  Centres régionaux de promotion agro-pastorale(CRPA) de l’époque avant d’entamer une autre carrière dans l’administration financière de 1989 à 2008.

Après avoir obtenu une disponibilité de quatre ans (2010-2014) à la Fonction publique, Patrice W. Ilboudo se lance dans le BTP. Mais bien avant, il a aussi milité dans le syndicalisme.

Patrice Ilboudo est inspecteur des Impôts aux services des ressources humaines, chargé de la section sociale de la Direction Générale des Impôts (DGI).

Membre du comité anti-Corruption de la DGI, il est aussi le représentant du MINEFID au conseil d’administration du CHR de Koudougou.

L’homme entame sa carrière politique en 1992 et est élu en 2012 conseiller municipal du village de Kabo, dans la commune de Yako avant d’être membre du bureau exécutif national du CDP depuis 2014.

Il est élu député suppléant de 2015 à 2020. Marié et père de quatre enfants, «L’homme du Passoré»   est entendu sur plusieurs chantiers développement.

Le troisième député est celui du Mouvement du peuple pour le progrès( MPP). Il s’agit de François Sawadogo, né le 1er janvier 1971 à Pella, dans la commune de Samba.

Le Docteur François Sawadogo est enseignant chercheur à l’Université Norbert Zongo de Koudougou depuis 2007.

Mais il a d’abord travaillé au ministère de l’Education nationale avant de rejoindre l’enseignement supérieur.

Il a dirigé l’UFR/ Lettres et sciences humaines de l’Université Norbert Zongo de Koudougou de 2011 à 2016.

Dr François Sawadogo est actuellement Directeur général des études et des statistiques sectorielles au MENA (DGESS).

En plus de la recherche, l’homme du parti de la majorité présidentielle est très actif dans le milieu associatif.

Il est le promoteur d’une grande association dénommée Association culturelle « Buud-Bangré » qui organise chaque année, une rencontre entre les fils du Passoré et de sa diaspora.

Jusque-là, Buud-Bangré est la plus grande manifestation culturelle et traditionnelle de la province qui continue de faire la part belle, à la promotion de la danse traditionnelle, de la lutte traditionnelle. Ses lauriers sont aussi perceptibles dans le milieu scolaire.

Au plan politique, l’engagement de François Sawadogo a commencé depuis le lycée.

François Sawadogo.

Mais c’est pratiquement en 2014, et ce à la faveur l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, que l’homme s’est investi de plain-pied en politique dans son Passoré natal.

Il fut d’abord un simple militant puis membre du parti au niveau du monde universitaire où il fut désigné membre du bureau politique national du MPP et secrétaire à l’organisation de la coordination des universitaires et experts associés du parti.

Et c’est son engagement pour le développement du Passoré qui l’a motivé à se présenter aux législatives du 22 novembre 2020 au Passoré.

Conscient que son élection a été possible grâce à son dévouement pour l’ensemble des neuf communes du Passoré,  le désormais «Honorable » Sawadogo compte durant son mandat, travailler en tandem avec les deux autres élus.

François Sawadogo entend travailler entre autres à fédérer les énergies à travers la mise en place d’un plan d’investissement pour la localité, offrir des centres de formations techniques et professionnelles aux jeunes.

L’élu compte aussi plaider pour le développement des infrastructures scolaires, sanitaires, routières et sportives ainsi que l’implantation des unités de transformation agro-alimentaires au Passoré.

L’homme dont le secret de réussite réside dans l’amour du travail bien fait, dans la solidarité, le partage et l’écoute de son prochain, est marié et père de 3 enfants.

Agence d’information du Burkina

Zezouma Elie SANOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here