Terrorisme et promotion de la paix au cœur d’une réunion de l’OCI  à Niamey

Ouagadougou, 26 nov. 2020(AIB)-Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) vont se plancher vendredi et samedi à Niamey, sur les voies d’éradiquer le terrorisme et de promouvoir la paix et le développement, a appris l’AIB.

Communiqué de l’OCI

«Le Secrétariat général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) tiendra la 47e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères, sous la devise « Unis contre le terrorisme pour la paix et le développement » à Niamey, la capitale de la République du Niger, les 27 et 28 novembre 2020.

Les efforts de lutte contre le terrorisme des pays africains islamiques ont été au centre des préoccupations du Centre Sawt Al-Hikma de l’OCI, qui a consacré 2020 au lancement d’une campagne globale visant à souligner les efforts consentis par les États africains membres de l’OCI dans divers domaines.

Le Secrétaire général de l’OCI, le Dr Yousef A. Al-Othaimeen, a affirmé que le Centre Sawt Al-Hikma a mis en lumière les crises causées par des groupes terroristes en Afrique, tels que Boko Haram dans les pays du lac Tchad, Al-Shabab en Somalie et l’EI dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Il a révélé l’ampleur de la menace posée par le terrorisme et les efforts des pays de l’OCI pour endiguer cette menace, comme la Stratégie nationale du Bénin pour la prévention de l’extrémisme violent, et les efforts des États africains du Sahel pour mettre un terme au terrorisme transfrontalier.

Les problèmes des minorités musulmanes dans de nombreux pays africains ont été abordés dans le cadre des efforts du Centre. Celui-ci a, en effet, contribué, entre autres, à soutenir les musulmans éthiopiens dans leur quête de reconnaissance, il s’est penché également sur la question des droits des femmes et des étudiants musulmans ghanéens, il a contribué aux efforts des musulmans libériens pour considérer leurs fêtes religieuses comme des jours fériés officiels et a contribué à remédier à la crise de l’appel à la prière (Athan) en Afrique du Sud.

Le Centre, a indiqué le Secrétaire général, s’est également soucié de présenter les expériences et les programmes entrepris par les pays africains pour améliorer la coexistence, tels que le projet Système DM pour contribuer à la paix au Mali, les efforts des associations de jeunes musulmans et chrétiens pour répandre la coexistence et le rapprochement au Tchad, ainsi qu’une campagne de lutte contre la violence dans les écoles et les universités tchadiennes.

Le Centre a organisé de nombreuses activités et événements dans les pays africains, dont la publication de contenus éducatifs sur son site Web dans les trois langues officielles, l’arabe, l’anglais et le français.

Le Centre a sonné l’alarme quant à la nécessité de prêter attention aux répercussions négatives de la pandémie du nouveau coronavirus, dont la multiplication d’attentats terroristes profitant de la préoccupation des gouvernements par le traitement des effets de la COVID-19. Sawt Al-Hikma a mis en garde contre le détournement de l’attention -par les préoccupations liées à l’épidémie- de la nécessité d’entreprendre une action rapide pour contenir l’aggravation du problème du terrorisme.

Le Centre a l’intention de produire plusieurs clips vidéo, des designs, en plus de son travail de production de sept courts documentaires qui incluent l’Ouganda, le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Mozambique.

Ces films visent à discuter des problèmes des pays africains, en particulier les questions de coexistence, de tolérance, de lutte contre l’idéologie extrémiste et d’éducation des générations futures à accueillir la diversité culturelle et à accepter l’autre.

Le Centre Sawt Al-Hikma est une plateforme de dialogue, de paix et d’entente, créée au siège du Secrétariat général de l’Organisation en octobre 2016, dans le but d’utiliser tous les moyens et mécanismes de communication médiatique et sociale, pour mettre à nu et déconstruire le discours extrémiste, en vue de dévoiler les bases intellectuelles et religieuses sur lesquelles ce phénomène se fonde. Depuis sa création, le Centre est parvenu à toucher, par son message, des millions de personnes dans le monde».

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here