Burkina-Presse-Revue

Elections et  bonne gouvernance, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou 20 nov. 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè lus par l’AIB ce vendredi commentent largement les   élections présidentielles et législatives du 22 novembre prochain, sans oublier  la promotion de la bonne gouvernance dans le pays.

«Présidentielle 2020 : Win vouka ou second tour ?», s’interroge  le doyen des quotidiens privés du Burkina, l’Observateur Paalga.

Le  quotidien privé  qui affiche à sa Une, une photo des treize candidats  à la présidentielle de 2020 au Burkina en course vers Kosyam, se demande s’il y aura un «coup KO» ou un second tour, à cette compétition du 22 novembre prochain.

Dans la  même veine, le  journal public Sidwaya mentionne à sa machette : «Course à la présidentielle : qui à l’arrivée ? », se questionne-t-il également

Pour  le quotidien d’Etat,  la course à la présidentielle du 22 novembre s’annonce «palpitante» du fait que 13 chevaux sont en compétition pour décrocher les clés du palais de Kosyam.

A l’occasion,  Sidwaya propose un jeu à ses lecteurs dans lequel il fait une «analyse des partants» pour la course à la présidentielle, avant de proposer aux citoyens de faire le «bon choix» en fonction du programme  de société de chaque candidat.

Quant au journal privé, Le Pays, il écrit dans  ses colonnes : «Elections couplées 2020 : quand les  résultats sont proclamés plutôt, mieux cela vaut…», citant Lydia Zanga, secrétaire exécutive de la CODEL (Conventions des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections).

Selon le journal, à J-2 de la tenue des élections couplées, les acteurs étatiques, institutions, des Organisations de la société civile (OSC) et des Organisations non gouvernementales (ONG) sont à pied d’œuvre pour que ces élections se passent dans de bonnes conditions, afin d’aboutir à des résultats acceptés de tous.

A l’en croire, la secrétaire exécutive de  la CODEL, Lydia Zanga, dans une interview d’hier jeudi 19 novembre 2020, appelle les citoyens à se mobiliser pour voter et à accepter les résultats qui seront proclamés à l’issue des électorales présidentielles et législatives.

«Bonne gouvernance REN-LAC interpelle les candidats aux élections»,  note le journal Sidwaya à sa une Une.

Selon  le quotidien public, le Réseau national de lutte anti- corruption (REN-LAC) au cours d’une conférence de presse  d’hier jeudi à Ouagadougou, a interpellé les candidats aux élections  couplées du 22 novembre prochain sur la nécessité,  d’être des vecteurs d’une gouvernance vertueuse au Burkina Faso.

Pour sa part, le journal Le pays  mentionne  «Fonction publique : Le REN/LAC dénonce des recrutements clandestins».

D’après  le confrère, le REN/LAC a interpellé hier jeudi, la fonction publique sur une gouvernance vertueuse au Burkina Faso, car selon lui, «des recrutements clandestins » existent dans l’administration publique.

De l’avis du secrétaire exécutif du REN/LAC, Sagado Nacanabo, les 13 candidats à la présidentielle de 2020 doivent réfléchir à  la mise en place des stratégies pour lutter la corruption et la fraude, une fois à Kosyam.

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here