Burkina-Politique-election

Elections couplées: le Mouvement SENS promet quatre lois  pour faire face aux préoccupations des Burkinabè

Ouagadougou, 15 nov. 2020 (AIB) – Le mouvement «Servir et non se servir  (SENS)» a promis samedi aux militants  du quartier Tampouy de Ouagadougou, qu’en cas de victoire, il proposera quatre projets de lois à l’Assemblée nationale, pour faire face aux préoccupations des Burkinabè a-t-on constaté.

«Si le 22 novembre 2020, vous faites le bon choix et que nous sommes à l’Assemblée nationale, nous avons quatre projets de lois  que nous allons mettre sur la table», a  déclaré Abdoulaye Diallo, candidat tête de liste aux élections législatives  du mouvement SENS/Kadiogo.

Diallo qui s’exprimait au cours d’un concert-meeting qui a connu la présence de plusieurs artistes burkinabè a indiqué que les quatre lois que proposent le mouvement concernent les domaines  des  marchés publics,  l’immobilier, le respect des coutumes et des traditions et le financement des partis politiques .

Créé en août 2020, le  mouvement SENS, selon M. Diallo, prévoit dans ses différents projets de lois, un  quota pour les jeunes  pour qu’ils puissent avoir des expériences nécessaires pour affronter les grands marchés.

Il  compte  également arrêter l’accaparement des terres par les sociétés immobilières, la non-reconnaissance des mariages religieux et coutumiers par l’Etat civil et recommande qu’une partie du financement des partis serve à la formation des jeunes et des femmes pour permettre leur participation active à la politique.

«Si les jeunes  sont prêts à cela il leur reste une chose à faire  le 22 novembre.  Nous allons vous demander d’aller voter c’est là que doit commencer la révolution dans les urnes», a appelé M. Diallo.

De son avis les jeunes occupent 70% de la population. De ce fait, ils  doivent  saisir cette chance que le mouvement SENS  leur offre.

Le porte-parole  du mouvement SENS, Me Angelin  Poda est revenu sur la nécessité de créer leur  mouvement.  C’est pourquoi, explique-t-il, «nous avons vu que le Burkina Faso n’était pas  celui dont nous rêvons. Nous nous sommes dit, est ce qu’il faut s’asseoir et critiquer. Nous avons beaucoup critiqué  et  après la critique il faut l’action».

«Nous venons vers vous pour communier avec vous, pour demander les problèmes que vous avez  et nous allons les prendre pour essayer de les résoudre», a assuré Me Poda  aux militants à l’occasion de ce  concert-meeting qui a réuni des  artistes comme  Tiness, Mister Melo, Daisy Bofola.

Agence d’information du Burkina

ALS/ak       

 

 

Ouagadougou, 15 nov. 2020 (AIB) – Le mouvement «Servir et non se servir  (SENS)» a promis samedi aux militants  du quartier Tampouy de Ouagadougou, qu’en cas de victoire, il proposera quatre projets de lois à l’Assemblée nationale, pour faire face aux préoccupations des Burkinabè a-t-on constaté.

«Si le 22 novembre 2020, vous faites le bon choix et que nous sommes à l’Assemblée nationale, nous avons quatre projets de lois  que nous allons mettre sur la table», a  déclaré Abdoulaye Diallo, candidat tête de liste aux élections législatives  du mouvement SENS/Kadiogo.

  1. Diallo qui s’exprimait au cours d’un concert-meeting qui a connu la présence de plusieurs artistes burkinabè a indiqué que les quatre lois que proposent le mouvement concernent les domaines  des  marchés publics,  l’immobilier, le respect des coutumes et des traditions et le financement des partis politiques .

Créé en août 2020, le  mouvement SENS, selon M. Diallo, prévoit dans ses différents projets de lois, un  quota pour les jeunes  pour qu’ils puissent avoir des expériences nécessaires pour affronter les grands marchés.

Il  compte  également arrêter l’accaparement des terres par les sociétés immobilières, la non-reconnaissance des mariages religieux et coutumiers par l’Etat civil et recommande qu’une partie du financement des partis serve à la formation des jeunes et des femmes pour permettre leur participation active à la politique.

«Si les jeunes  sont prêts à cela il leur reste une chose à faire  le 22 novembre.  Nous allons vous demander d’aller voter c’est là que doit commencer la révolution dans les urnes», a appelé M. Diallo.

De son avis les jeunes occupent 70% de la population. De ce fait, ils  doivent  saisir cette chance que le mouvement SENS  leur offre.

Le porte-parole  du mouvement SENS, Angelin  Poda est revenu sur la nécessité de créer leur  mouvement.  C’est pourquoi, explique-t-il, «nous avons vu que le Burkina Faso n’était pas  celui dont nous rêvons. Nous nous sommes dit, est ce qu’il faut s’asseoir et critiquer. Nous avons beaucoup critiqué  et  après la critique il faut l’action».

«Nous venons vers vous pour communier avec vous, pour demander les problèmes que vous avez  et nous allons les prendre pour essayer de les résoudre», a assuré Me Poda  aux militants à l’occasion de ce  concert-meeting qui a réuni des  artistes comme  Tiness, Mister Melo, Daisy Bofola.

Agence d’information du Burkina

ALS/ak       

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here