Burkina-Presse-Revue

Hommage à ATT et élections à la Une des journaux burkinabè

Ouagadougou, 11 nov. 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce mercredi continuent de commenter la campagne électorale actuellement en cours au Burkina Faso, sans oublier de rendre hommage à l’ancien président malien, Amadou Toumani Touré (ATT) décédé dans la nuit du lundi à mardi.

Le quotidien national Sidwaya laisse lire à sa Une : «Décès de Amadou Toumani Touré : Le +soldat de la démocratie+ s’en est allé», précisant que l’ancien président malien avait subi une opération du cœur à Bamako avant d’être évacué en Turquie où il est décédé.

Dans son ‘’Regard sur l’actualité’’, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, parle de «Un homme, 3 dates», faisant observer que «si on devait résumer sa carrière politique en trois dates, ce serait celles-ci : le 26 mars 1991, le 8 juin 2002 et le 22 mars 2012».

A en croire L’Observateur Paalga, depuis l’annonce de son décès, «c’est une pluie d’hommages qui s’abat sur celui qui venait de souffler ses 72 bougies pas plus tard que le 4 novembre dernier».

Et de mentionner que «beaucoup de ses compatriotes portent aux nues l’homme de consensus qu’il a toujours été pour son pays,  et pour bien d’autres pays africains où ses talents de médiateur ont contribué à circonscrire bien d’incendies, notamment en République centrafricaine».

«Décès du président ATT au Mali : Le héros-démocrate et le débonnaire défaillant», arbore, de son côté, le journal privé Aujourd’hui au Faso.

Le confrère se demande : «Lorsque le 26 mars 1991, il descendit du camp militaire de Djokoroni à la tête de plusieurs bérets rouges ses frères d’armes, pour monter sur la colline de Koulouba afin de déposer Moussa Traoré l’alors maître absolu du Mali depuis 1968 (décédé lui aussi le 15 septembre 2020 à Bamako), Amadou Toumani Touré (ATT) savait-il seulement qu’il venait de tracer les jalons de la démocratie malienne ?».

En actualité nationale, Aujourd’hui au Faso revient sur la campagne électorale en cours, pour les élections couplées (présidentielle et législatives) du 22 novembre prochain.

Ainsi, le journal cite le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré qui a déclaré, lors d’un meeting lundi dernier à Dori, dans la région du Sahel, que  «Le terrorisme n’est pas le fait d’une communauté».

Pendant ce temps, le journal Le Quotidien rapporte les propos du candidat du mouvement «Agir ensemble pour le Burkina Faso»,  Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) qui a déclaré au cours d’un meeting que «nous travaillerons ensemble à ramener la paix, la réconciliation et la bonne gouvernance».

Quant à Sidwaya, il relate que le candidat KDO veut sauver le Bam (province située dans la région du Centre-nord du Burkina) de l’insécurité».

Le même journal renseigne que pour le contrôle du scrutin, «le Conseil constitutionnel outille ses veilleurs».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here