1) Les participants à l’atelier de Manga ont été invités à s’approprier le contenu du projet.

Burkina : Un projet régional pour faire face à la désertification et au changement climatique

Manga, 6 nov. 2020 (AIB) – Le projet «Créer des terres d’opportunités au Sahel», porté par l’Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles (UICN) et le Mécanisme mondial (MM), compte en trois ans, renforcer la résilience des populations au Burkina Faso, au Niger et au Ghana, contre la désertification et les changements climatiques, a appris l’AIB.

L’Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles (UICN) et le Mécanisme mondial (MM) a organisé, les 5 et 6 novembre 2020, à Manga, un atelier technique sur le projet «Créer des terres d’opportunités au Sahel».

Il est financé à hauteur de cinq millions d’euro soit environ 3 milliards 280 millions de francs CFA par le Ministère italien de l’Environnement, de la Terre et de la Mer (IMELS) pour sa mise en œuvre au Burkina Faso, au Niger et au Ghana.

Au Burkina Faso, le projet «Créer des terres d’opportunités » compte intervenir dans les régions du Centre-sud et du Centre-est sur une durée d’exécution de trois ans.

La rencontre tient lieu de séance de consultation des parties prenantes au Burkina Faso du projet.

L’objectif général de la rencontre qui se tiendra également au Niger et au Ghana est «de finaliser, en collaboration avec les parties prenantes des trois pays et le Mécanisme mondial (MM), le cadre logique du projet et le document de proposition de projet», a confié, à l’ouverture des travaux, le représentant du Secrétaire permanent du Conseil national pour le Développement durable (SP-CNDD), Michel-Jérôme Tankoano.

Il s’agira aussi selon M. Tankoano, de partager avec les participants les informations sur le projet notamment les approches à appliquer et la méthodologie d’évaluation des possibilités de restauration.

Il sera aussi question de discuter et de valider le cadre complet des résultats du projet et la composition d’un comité de pilotage au niveau national.

L’atelier devra également permettre de recueillir des données supplémentaires pour finaliser le document du projet y compris les aspects liés à la sauvegarde sociale et environnementale, l’analyse et l’engagement des parties prenantes, les bases de référence et, du reste, discuter et élaborer une méthodologie pour harmoniser la mise en œuvre du projet dans les trois pays.

Le projet «Créer des terres d’opportunités», a souligné le point focal de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), Lazare Tagnabou, vise «à apporter une contribution significative et durable à la restauration du paysage au Sahel tout en créant des activités génératrices de revenus pour les communautés locales au Burkina Faso, au Ghana et au Niger».

Le projet aidera les pays concernés également, selon lui, à atteindre la neutralité en matière de dégradation des terres (LDN) en s’attaquant aux vulnérabilités sous-jacentes et en renforçant la résilience aux futurs chocs climatiques et aux conflits.

Pour le directeur pays de l’UICN, Jacques Somda, l’atteinte des résultats escomptés, requiert l’implication effective de l’ensemble des partenaires sociaux en l’occurrence à toutes les étapes du processus de mise en œuvre.

«C’est pour cette raison d’ailleurs que nous avons organisé cet atelier pour faire en sorte que les parties prenantes s’approprient ce que le projet veut faire avec eux et pour eux», a-t-il noté.

Agence d’information du Burkina

Mamady ZANGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here