Burkina-Elections-Campagne-Message

Campagne électorale au Burkina: Un appel à bannir les propos portant atteinte à la cohésion sociale

Ouagadougou, 31 oct.2020 (AIB) – Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, dans un message publié vendredi, à la veille de l’ouverture  officielle de la campagne pour les élections couplées (présidentielle et législatives) du 22 novembre prochain, a invité les différents candidats à bannir les propos et comportements pouvant porter atteinte à la cohésion sociale au Burkina Faso.

«Chaque candidat, chaque parti et chaque regroupement d’indépendants doit bannir les propos et les comportements, tout ce qui peut porter atteinte à notre cohésion sociale et à notre vivre-ensemble», a mentionné le président de la CENI.

Selon Newton Hamed Barry, à cette étape «cruciale» des élections présidentielles et législatives de novembre prochain (campagne), la politique ne doit pas être une guerre mais plutôt être au service des autres.

Le patron de l’institution en charge des élections au Burkina a publié son message, vendredi soir, à quelques heures de l’ouverture officielle de campagne électorale.

«Quand on se veut se mettre au service des autres, il ne peut pas avoir d’animosité, encore moins d’inimitiés. La campagne passe, le Burkina Faso demeure», a-t-il soutenu.

De son avis, la campagne électorale 2020 commence et les 13 candidats à la fonction du président du Faso auront 21 jours pour convaincre les électeurs avec leur projet de société dans le but d’acquérir leur confiance le jour du scrutin.

Newton Hamed Barry a signalé que les Burkinabè désigneront également les 127 députés chargés de contrôler l’action du futur président du Faso et de son gouvernement pendant les cinq ans à venir.

Il s’est réjoui de la signature d’un «pacte de bonne conduite» le 26 octobre dernier par le Conseil supérieur de la communication(CSC) avec les acteurs politiques et les médias pour la tenue des élections apaisées, crédibles et dont les résultats seront acceptés par tous.

«Malgré le contexte national difficile avec les méfaits de l’insécurité, nous avons vaille que vaille avec nos prières constantes enrôlé dans plus de 94% des communes, plus de 83% des 9299 villages et secteurs de notre pays», a-t-il signalé.

En rappel, 6 490 144 électeurs sont appelés aux urnes le 22 novembre 2020 au Burkina pour élire leur futur président et désigner les  127 députes qui vont siéger à l’Assemblée nationale pendant les cinq prochaines années.

Agence d’information du Burkina

NO/ak

 

Photo prise sur le site de Lefaso.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here