Burkina-Education-Soutenance

Thèse de doctorat: Un chercheur décortique la situation des professeurs sans formation professionnelle

Ouagadougou, 29 oct. 2020 (AIB) – Le chercheur Souleymane Coulibaly a été sacré docteur en Sciences de l’Education, option Andragogie, après avoir présenté et défendu, jeudi 22 octobre dernier à l’Université Norbert Zongo à Koudougou, les résultats de ses travaux de recherche sur «Les initiatives d’autoformation des professeurs sans formation professionnelle initiale : des effets sur leurs pratiques enseignantes».

A l’issue de la présentation et de la défense de ses résultats de recherche devant un jury présidé par Pr Afsata Paré/Kaboré, Souleymane Coulibaly a été déclaré digne, avec la mention très honorable, du grade de docteur en Sciences de l’éducation.

Les travaux de recherche de M. Coulibaly ont concerné les enseignants des lycées et collèges n’ayant pas bénéficié de formation professionnelle initiale.

Il s’agit, en l’occurrence des « professeurs recrutés sur mesures nouvelles», des  «instituteurs reconvertis», des «bénéficiaires du Programme emplois-jeunes pour l’éducation nationale (PEJEN)», des «détenteurs d’une autorisation d’enseigner délivrée par le ministère», des «vacataires».

Sous la direction du Pr Tindaogo Félix Valléan, Professeur titulaire en Sciences de l’éducation, le nouveau docteur est parti du constat que ces enseignants éprouvent d’énormes difficultés dans leurs prestations pédagogiques.

Au même moment, les actions de formation continue, notamment les animations pédagogiques, les ateliers de formation, les universités d’été et les  visites de classe qui devraient les aider à combler leur manque de formation pédagogique et didactique et à améliorer leurs pratiques enseignantes ne sont pas menées de manière régulière et élargie.

Conséquence, les enseignements de ces personnels font généralement l’objet de critiques car jugées non satisfaisantes.

Conscients de leurs lacunes, ces enseignants développent des initiatives d’autoformation professionnelle se rapportant notamment à la lecture de documents professionnels, mais aussi à l’analyse de leurs pratiques de classe par leurs proches collègues et/ou au sein de groupes informels d’enseignants.

En général, ces initiatives d’autoformation leur permettent d’acquérir des savoirs et des savoir-faire pédagogiques et didactiques relatifs à la gestion de classe, aux inscriptions officielles, aux méthodes et techniques d’enseignement.

Toutefois leur quête personnelle des savoirs et savoir-faire professionnels se heurte le plus souvent à des difficultés tenant à l’indisponibilité de leurs collègues, au manque de documentation pédagogique appropriée, à l’éloignement des services d’encadrement, au manque de temps à consacrer à la quête du perfectionnement professionnel.

Pour contribuer à résorber ces difficultés, Dr Coulibaly suggère la mise en place d’un système de tutorat entre ces professeurs et leurs collègues expérimentés, l’organisation  de formations ciblées à leur profit, leur dotation en ressources documentaires physiques et la mise à leur disposition de ressources documentaires numériques.

L’étude ainsi réalisée, le jury d’experts en Sciences de l’éducation l’a trouvée originale, riche et très utile pour l’amélioration de la qualité du système éducatif burkinabé.

Du reste, son auteur, le désormais Dr Coulibaly est naturellement animé d’une légitime fierté d’avoir atteint son objectif, celui d’analyser la contribution des initiatives d’autoformation professionnelle à l’amélioration des pratiques de classe de ces enseignants chargés de dispenser le savoir dans les lycées et collèges sans avoir, au préalable, reçu de formation spécifique et inspirante à cet effet.

 

Agence d’information du Burkina

Synthèse de Fulbert PARE

 (Collaborateur)

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here