Burkina-Infrastructure-Hôpital-Démarrage

 

Bobo-Dioulasso : Le premier ministre pose la première pierre d’un hôpital  ultramoderne de 500 lits

 

Ouagadougou, 21 Octobre 2020 (AIB)-Le premier ministre burkinabè Christophe Joseph Marie Dabiré a posé mardi, à Bobo-Dioulasso, la première pierre du deuxième Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de la ville d’une capacité d’accueil de 500 lits.

 

La pose de la première pierre du deuxième Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Bobo-Dioulasso a été effectuée ce mardi dans le village de Pala, situé à la sortie de Bobo-Dioulasso, par le premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré en présence d’une population sortie en grand nombre.

 

D’un coût de 60 milliards de F CFA, l’infrastructure sera construite sur une superficie de 30 hectares, avec une capacité d’accueil de 500 lits.

 

Elle comprend neuf zones de fonctionnalité, dont les services d’urgences, d’hospitalisation, le département de technologie médicale, l’administration, la zone pédagogique et les appartements pour les experts médicaux chinois.

 

Une fois réalisé, cet hôpital moderne doté de la technologie de pointe, sera capable de prendre en charge presque toutes les pathologies.

 

Il vient aussi améliorer de manière significative, l’accès aux services de santé de qualité et accroitre les infrastructures sanitaires.

Ce nouveau centre de santé ultramoderne est l’aboutissement d’un consensus tripartite Populations-Gouvernement-République populaire de Chine et il va associer les facteurs d’accessibilité et de proximité, à celui de la protection de l’environnement.

Le nouvel hôpital sera aussi doté d’une section maladies infectieuses, en vue de permettre une prise en charge rapide des patients, en cas d’épidémie.

 

Pour le chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, trois éléments fondamentaux sont à retenir dans la pose de la première pierre du deuxième CHU de la ville de Sya.

 

Le premier élément, selon lui, c’est la concrétisation d’une vision, celle des relations de coopération entre les peuples burkinabè et chinois et de fraternité entre les président Roch Marc Christian Kaboré et Xi Jinping.

 

Le deuxième élément, a-t-il poursuivi, c’est la concrétisation de la détermination du président du Faso qui a maintenu le cap de voir se construire cet hôpital dans la capitale de la région des Hauts-Bassins et nulle part ailleurs.

 

Le troisième élément, a-t-il terminé, c’est l’obstination des techniciens chinois et burkinabè, à faire en sorte que ce projet soit une réalité, en cherchant des alternatives à la résolution des problèmes qui se posaient.

 

De ce fait, il a tenu à les féliciter et à leur rendre hommage, ainsi qu’aux différents ministres qui se sont impliqués pour que ce projet prenne corps.

 

Christophe Joseph Marie Dabiré dit espérer revenir, «dans quelques mois, pour inaugurer ce joyau qui va contribuer à soulager les populations de notre pays de manière globale, car ce sera un hôpital de référence qui fera la concurrence à d’autres hôpitaux de la sous-région».

 

La ministre de la santé, Claudine Lougué, s’est réjoui de la concrétisation du projet qui selon elle, profitera non seulement à la région des Hauts-Bassins, mais aussi aux régions environnantes et aux pays limitrophes, comme le Ghana et la Côte d’Ivoire.

 

L’ambassadeur de Chine au Burkina Faso, Li Jian, a remercié le Premier ministre pour «sa respectueuse présence» à cette cérémonie de pose de la première pierre du CHU de Bobo-Dioulasso.

 

Cela témoigne, a-t-il dit, non seulement de son attachement à la santé des populations, mais aussi des liens d’amitié et de coopération qui unissent les peuples burkinabè et chinois.

 

Pour le diplomate chinois, Li Jian, «ce CHU est le premier don de grand envergure du peuple chinois aux amis burkinabè», après la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays.

 

La reprise des relations diplomatiques entre le Burkina et la Chine est officiellement intervenue le samedi 26 mai 2018, après 28 ans de ruptures.

 

Li Jian a souhaité que les populations soient au cœur de la réalisation de ce projet, tout comme elles sont au cœur de leurs préoccupations.

Avec la construction de ce CHU, la ville de Bobo-Dioulasso bénéficiera d’un second hôpital de référence à côté de Souro Sanou.

 

Cette pose de première pierre dans le village de Pala intervient après la polémique liée au choix du premier site devant abriter cet hôpital, notamment la forêt de Kua.

 

Agence d’Information du Burkina

Wis /az

Source : DCRP/Primature

Photo : DCRP/Primature

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here