OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nouveau CHU de Bobo

 

Enfin la première pierre… à Pala

 

Le Premier Ministre Christophe Marie Joseph Dabiré a posé le 20 octobre 2020, la première pierre du nouveau centre hospitalier universitaire (CHU) de Bobo-Dioulasso. C’est à Pala, un village devenu presqu’un quartier de la ville de Sya, que la nouvelle infrastructure sanitaire  de référence sera construite en lieu et place de la forêt classée  contestée de Kua.

 

Le nouveau Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bobo-Dioulasso sera finalement construit à Pala, un village situé à un jet de pierre à l’est, à la sortie de  Bobo-Dioulasso vers Ouagadougou. Le site retenu est situé au flanc des collines, non loin du portique « bienvenu à Sya ». Le site de la forêt classée de Kua initialement identifié et ayant fait l’objet de nombreuses contestations a été abandonné au profit de Pala. C’est sur ce nouvel emplacement  de 30 hectares que le premier ministre Christophe Dabiré a posé la première pierre sur laquelle naitra  dans 36 mois, le futur CHU  de Bobo-Dioulasso.  La construction du CHU de Bobo-Dioulasso sur le site de Pala, résulte de la  volonté tripartite de la population de la ville de Sya, du gouvernement burkinabè et de la République Populaire de Chine, a alors précisé la ministre de la santé, Claudine Lougué. Ce nouveau centre hospitalier, selon sa description, a une capacité de 500 lits d’hospitalisation. Il comprend 9 zones de fonctionnalité dont les services de consultation, d’urgences, d’hospitalisation, le département de technologie médicale, l’administration, la zone pédagogique et les appartements pour les experts médicaux chinois. Equipé de matériels de pointe pour offrir une prise en charge holistique et efficace des malades, ce CHU sera un fleuron en matière de technologie. « De même, la concrétisation de ce projet offrira à notre peuple, un CHU d’envergure nationale d’un très haut niveau qui couvrira non seulement la région des Hauts-Bassins, mais aussi les régions environnantes, et pourquoi pas, les régions du Nord de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Cet hôpital de rang universitaire dans la ville de Sya, va à n’en point douter, contribuer à l’accroissement de nos capacités de formation des ressources humaines en santé, mais surtout au renforcement du dispositif d’offre de soins de santé très spécialisés dans la région des Hauts-Bassins» a affirmé, soulagée  Claudine Lougué.

60 milliards de FCFA pour construire le CHU

 

Le chef du village de Pala, Sogossira Sanou, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou et la ministre Claudine Lougué ont  traduit la gratitude et les remerciements du peuple Burkinabè au peuple chinois et au gouvernement de la République populaire de Chine pour leur accompagnement dans la mise en œuvre de cet ambitieux projet dont le cout est estimé à près de 60 milliards FCFA financés par ce pays. Et pour l’ambassadeur de la république populaire de chine au Burkina, Li Jian, l’hôpital de Bobo est le premier don de grande envergure que la chine fait au pays des hommes intègres  après le rétablissement des relations en 2018. Tout comme la ministre de la Santé, l’ambassadeur a relevé que le site a été choisi à l’unanimité  en tenant compte des critères de proximité, d’accessibilité et de la protection de l’environnement. Le premier ministre Christophe Dabiré qui a également remercié la république populaire de la chine a souligné que l’hôpital est la concrétisation d’une vision entre les peuples burkinabè et chinois, la concrétisation de la détermination du président du Faso qui a tenu  que le projet voir le jour  et à Bobo et est le fruit de l’obstination des techniciens chinois et burkinabé. L’hôpital de son dire, viendra soulager les populations  burkinabè. « Il sera réellement un hôpital de référence  qui fera la concurrence avec d’autres hôpitaux de la sous-région et nous pourrons être fiers de dire  que nous avançons dans le domaine de la santé  et   dans la mise en œuvre de la politique sanitaire que le président du Faso a déterminée pour le peuple », a dit le chef du gouvernement burkinabè.

Adaman DRABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here