Burkina Faso-Presse-Revue

Fichier électoral et gestion du fret, à la Une des journaux burkinabè

Ouagadougou, 13 oct. 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce mardi traitent de la crise née de la gestion du fret, sans oublier la question du fichier électoral dont l’examen par des experts internationaux a débuté la veille à Ouagadougou.

«Elections de novembre: le fichier électoral à la loupe d’experts internationaux», affiche le quotidien national Sidwaya qui informe que le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale a organisé une rencontre sur le contrôle du fichier électoral, hier lundi à Ouagadougou.

De son côté, Aujourd’hui au Faso met à sa Une : «Audit du fichier électoral au Burkina Faso : Large concertation des acteurs politiques à l’Administration territoriale».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés titre : «Fichier électoral : Conclave sur l’audit».

Selon le journal, c’est pour un fichier électoral crédible et transparent que la ministre en charge de l’Administration territoriale a rencontré, hier, la commission électorale nationale indépendante (CENI), l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), l’opposition politique.

Il ajoute que la rencontre a aussi réuni les experts de l’Union européenne (UE), de l’Union africaine (UA) et de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), «venus appuyer le processus».

C’est à juste titre que le journal privé Le Quotidien mentionne que «les experts et les acteurs politiques se concertent».

Le même quotidien renseigne, à travers sa Une, que «les transporteurs routiers dénoncent les manœuvres divisionnistes du ministre Vincent Dabilgou».

A ce sujet, Sidwaya rapporte que le torchon brûle entre le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou et ses collaborateurs que sont les transporteurs routiers.

Et de mentionner ces derniers (transporteurs) refusent «catégoriquement » la gestion du fret par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), comme décidé par le récent arrêté ministériel à la suite d’un décret.

 

Pour sa part, Le Pays (privé) met en exergue les propos du président de la Faitière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB), El Hadj Issoufou Maïga qui dit : «Il ne suffit de sortir à la télé pour dire que les transporteurs sont divisés».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here