Le Haut-commissaire du Sanmatenga, Auguste Kinda (micro), a remercié les acteurs de développement dans son ressort administratif.

Sanmatenga : 209 écoles sur 726 fermées à cause de l’insécurité

Kaya, (AIB)-Les autorités du Sanmentenga ont réfléchi le 9 octobre 2020, sur les voies et moyens de poursuivre sereinement les activités éducatives dans la province, au moment où 209 écoles préscolaires et primaires sont fermées au même titre que 17 CEG et lycées.

 La rentrée scolaire 2020-2021 a été effective le jeudi 1er octobre 2020, dans la plupart des Circonscriptions d’éducation de base (CEB) du Sanmatenga, à l’exception de celles situées dans la bande nord de ladite province.

En effet, à la date du 9 octobre, sur un total de 726 écoles, 209 sont fermées, soient 16 structures préscolaires (Centres d’éveil et d’éducation préscolaires et Bissongo) et 183 écoles primaires.

Ce bilan a été dressé par le Directeur provincial de l’éducation préscolaire, primaire et non-formelle du Sanmatenga (DPEPPNF-S), Moumini Ouédraogo, lors de la 2e session ordinaire du Cadre de concertation provincial (CCP) du Sanmatenga, tenu, le vendredi 9 octobre 2020, à Kaya.

Dans la zone de Barsalogho, a-t-il poursuivi, les acteurs de l’éducation ont tenu une rencontre pour une éventuelle réouverture des ‘’temples du savoir’’ du centre-ville, conditionnée par la mise en place d’un dispositif de sécurité.

«Par contre, dans la commune de Pissila, la situation pourrait s’aggraver (fermeture des écoles) avec la dernière attaque terroristes de Solomnoré. Mais, il est aussi possible d’accueillir des Elèves déplacés internes (EDI) au centre-ville de Pissila, avec une mise en place des tentes de classe», a rassuré M. Ouédraogo.

Pour une éducation inclusive et de qualité, le communicateur a souhaité que certains défis soient relevés.

Selon Moumini Ouédraogo, il s’agit, entre autres, de l’appui psychosocial pour les EDI et leurs enseignants, de l’élaboration de curricula adaptés à l’éducation en situation d’urgence, de la réouverture des 209 écoles fermées, de la candidature des EDI aux examens scolaires et le recensement et  la réinscription des élèves restés dans les familles.

Les participants ont souhaité la réouverture des établissements scolaires dans les zones à hauts défis sécuritaires.

La situation de la rentrée scolaire 2020-2021 dans les établissements post-primaire et secondaire dans la province a été présentée par le Directeur provincial de l’enseignement post-primaire et secondaire du Sanmatenga, Alphonse Sayaogo.

Dans son exposé, il a souligné qu’à la rentrée scolaire 2020-2021, ce sont 17 établissements sont toujours fermés.

19 sont rouvertes dans les zones de Barsalogho (4), Pissila (12) et Kaya (3). «Cette réouverture a permis le retour de 3654 élèves dont 2045 filles)», s’est-il réjoui.

M. Sayaogo a indiqué que sa circonscription éducative compte 101 établissements post-primaires (80 publics) contre 57 établissements secondaires (25 publics).

En termes de difficultés rencontrées sur le terrain, Alphonse Sayaogo a notifié, entre autres, l’insuffisance des salles de classes, de mobiliers, du personnel, l’hésitation de certains enseignants à rejoindre leurs postes et le non-retour des familles déplacées.

Pour remédier aux préoccupations suscitées, M. Sayaogo a proposé la création de classes supplémentaires, le complément du déficit en personnel, le redéploiement du personnel des établissements non-rouverts et la fusion des classes de certains établissements pour insuffisance d’effectifs.

Au cours de ce CCP, certains projets ont été présentés aux participants. Il s’agit des projets de prise en charge des enfants en situation d’urgence (PESU), du renforcement du dialogue social et religieux (REDIRE), de l’amélioration de l’enregistrement des naissance (CRVS) et de renforcement du droit à la motion sociale et à l’état civil (PRODEC), ainsi que les projets de l’ONG Children Believe.

A l’issue des travaux, le président du CCP, par ailleurs Haut-commissaire du Sanmatenga, Auguste Kinda a félicité et encouragé les acteurs de l’éducation et de développement pour les efforts consentis sur le terrain pour le bien-être des populations, surtout les déplacés internes.

Agence d’information du Burkina

Emil Abdoul Razak SEGDA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here