Burkina Faso-Presse-Revue

Grève des routiers et libération d’otages au Mali, en vedette dans la presse burkinabè

Ouagadougou, 6 oct. 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce mardi évoquent l’annonce de la libération des otages Soumaila Cissé et Sophie Pétronin au Mali, sans oublier la grève avortée des chauffeurs routiers.

«Grève des routiers : Les chauffeurs professionnels refusent d’embarquer», titre L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso.

Pour sa part, le quotidien national Sidwaya parle d’«une grève des chauffeurs évitée de justesse», avant de préciser que la grève de 96 heures, que l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) devait entamer, ce mardi 6 octobre 2020, n’aura plus lieu.

A en croire le journal, ce mouvement, prévu pour exiger du gouvernement le respect des engagements pris en août 2018, a été étouffé, à la suite des concertations tenues hier, lundi 5 octobre, avec le ministre de tutelle, Vincent T. Dabilgou.

Et de souligner qu’«un terrain d’entente aurait été trouvé, ce qui a permis de surseoir à cette grève aux conséquences économiques désastreuses».

Sous le titre «Mali : vers une libération de Soumaïla Cissé ?», Sidwaya renseigne qu’une centaine de djihadistes ont été libérés le week-end dernier par les autorités maliennes vers le Centre et dans le Nord, à Tessalit, située dans la région de Kidal.

Le journal fait remarquer que selon les informations qui circulent, cette décision est inhérente aux négociations visant la libération des certains otages.

«Il s’agit notamment de l’homme politique malien, Soumaïla Cissé, enlevé en mars 2020 et de la Française Sophie  Pétronin, détenue depuis décembre 2016», rappelle Sidwaya.

A ce sujet, L’Observateur Paalga s’exclame : «Probable libération de Soumaila Cissé et de Sophie Pétronin : ainsi, ils valent 100 djihadistes !».

Aujourd’hui au Faso, de son côté, rapporte que deux nouvelles ont zébré le ciel malien, ce 5 octobre 2020,   mentionnant que «Soumaïla Cissé, après six mois de captivité, a pris la route de la liberté» et qu’«au palais de Koulouba, la fumée blanche est sortie : le Mali a un nouveau gouvernement».

Le confrère indique que l’équipe gouvernementale de la transition malienne est enfin connue», avant de renchérir qu’«elle compte 25 membres et, sans trop grande surprise, la trame de l’équipe reste en treillis».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here