Revue de presse du vendredi 2 octobre 2020

Politique et rentrées (judiciaire et scolaire), en couverture des journaux Burkinabè

Ouagadougou, 2 octobre 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce vendredi commentent l’actualité nationale marqué par les rentrées judicaire et scolaire effectuées la veille, sans oublier la politique avec led dépôts de candidatures pour la présidentielle de novembre prochain.

Sous le titre «Présidentielle 2020 : quatre prétendants déposent leur candidature», le quotidien national Sidwaya informe qu’au 4e jour des dépôts de candidature, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a reçu, hier jeudi à Ouagadougou, quatre dossiers.

Le journal cite Do Pascal Sessouma (DPS), président de Burkina vision-Parti pacifiste, Tahirou Barry du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), Gilbert Noël Ouédraogo de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratie africain (ADF/RDA) et Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) du Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso.

A ce propos, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè met en exergue : «Candidatures à la présidentielle : DPS, Tahirou, Gilbert et KDO ont défilé à la CENI».

Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, affiche les images des quatre candidats avec leur message respectif.

Ainsi, Gilbert Ouédraogo affirme : «Nous assumons notre passé et promettons un avenir meilleur», tandis que Do Pascal Séssouma estime que «la caution (de 25 millions de  FCFA)» est très élevée pour les candidats modestes.

De son côté, Kadré Désiré Ouédraogo dit : «Ensemble nous allons réaliser notre rêve commun», alors que Tahirou Barry martèle : «Je suis candidat au nom d’une population qui souffre dans sa chair et dans son âme».

Le même journal renseigne que la rentrée judiciaire 2020-2021 s’est effectuée hier jeudi sous le signe de «qualité et rôle du magistrat en démocratie».

A ce propos, Sidwaya titre : «Rentrée judiciaire : Les magistrats à l’épreuve de leur indépendance», là où Le Pays (privé) mentionne que la rentrée judiciaire s’est tenue «sous le signe de l’indépendance, de la déontologie et de la responsabilité du magistrat».

Le Pays reprend les propos du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré qui déclare : «Il faut permettre au juge d’exercer dans le respect de la déontologie et de textes».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga revient à la charge avec les propos du président Kaboré qui relativise : «L’indépendance (de la justice, Ndlr) n’est pas une muraille de Chine».

Ce confrère parle de la rentrée scolaire 2020-2021 effectuée la veille, en faisant observer « une reprise partiellement effective ».

Quant à Sidwaya, il laisse lire : «Année scolaire et universitaire 2020-2021 : les élèves et étudiants renouent avec les bancs », avant de relater qu’en vacances depuis mars 2020 en raison de la maladie à coronavirus, les élèves du Burkina ont repris le chemin de l’école le jeudi 1er octobre 2020.

Le journal précise que le lancement officiel de cette rentrée scolaire 2020-2021 est intervenu au lycée municipal Vinama-Tiemounou-Djibril de Bobo-Dioulasso en présence des ministres en charge de l’éducation.

«Sous le thème +L’école Burkinabè, symbole de la résilience face aux crises sécuritaires et sanitaires+, cette rentrée scolaire, selon le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Alkassoum Maïga, est placée sous le signe de l’accomplissement», écrit Sidwaya.

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here