Burkina Faso-Presse-Revue

Rentrée parlementaire et présidentielle 2020, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 1er octobre 2020 (AIB) – La rentrée parlementaire effectuée la veille à Ouagadougou et les dépôts de candidatures pour la présidentielle du 22 novembre prochain, sont les deux principaux sujets commentés par les journaux burkinabè, ce jeudi.

«Assemblée nationale: La loi de finances 2021 sur la table des députés», barre à sa Une, le quotidien national Sidwaya qui informe que le président du parlement burkinabè, Alassane Bala Sakandé, a officiellement ouvert, la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale, dans l’après-midi du mercredi 30 septembre 2020.

A en croire le journal, cette session sera essentiellement consacrée à l’adoption de la loi de finances, exercice 2021.

De son côté, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina, met en exergue un extrait du discours du chef du parlement qui a déclaré, à la cérémonie d’ouverture de la session que «nul n’a le monopole du destin de ce pays».

Le journal fait remarquer que cette rentrée parlementaire a revêtu un caractère spécial dans la mesure où elle marque aussi «le crépuscule d’une 7e législature qui prendra fin en décembre prochain», ajoutant que cela s’est fait ressentir dans le discours de son président, Alassane Bala Sakandé.

Dans le volet consacré aux élections couplées du 22 novembre 2020, L’Observateur Paalga informe que «la jeunesse de l’UPC (Union pour le progrès et le changement, opposition) paye la caution de son candidat».

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso, un autre quotidien privé, arbore : «Dépôt des candidatures à la CENI : Eddie sacrifie à la tradition».

Le confrère renseigne que le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir), Eddie Komboïgo a déposé, hier mercredi à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), son dossier de candidature pour la prochaine présidentielle.

A ce sujet, Le Pays (privé) reprend les propos du candidat du CDP qui dit : «Nous cherchons le pouvoir pour servir le peuple et non nous servir».

Pendant ce temps, le journal Le Quotidien cite le même Eddie Komboïgo affirmant que «le CDP est maintenant mieux organisé, bien structurer et est aujourd’hui prêt pour redresser le Burkina Faso».

Le même journal affiche, à sa Une, les propos du président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP-au pouvoir), Simon Compaoré qui soutient : «le pays va mieux, en dépit de l’insécurité et de la COVID-19».

Agence d’information du Burkina                  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here