Burkina-Presse-Revue

Le retour avorté de Zida se déporte à la Une des journaux burkinabè

Ouagadougou, 25 sept. 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce vendredi traitent de l’actualité nationale marquée par des sujets essentiellement politiques, notamment, le retour avorté au Burkina Faso, de l’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida.

Dans sa rubrique ‘’Une Lettre pour Laye’’, le doyen des quotidiens privés burkinabè, L’Observateur Paalga titre : «Zida ne rentre donc pas».

Selon le confrère, c’est ce vendredi que se tient, à la Maison du peuple de Ouagadougou, le congrès extraordinaire du Mouvement patriotique pour le salut (MPS) dont le président est le Pr Augustin Marie Gervais Loada.

«L’évènement sera surtout marqué par l’investiture de l’ancien Premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida comme candidat du parti à la prochaine présidentielle», écrit L’Observateur Paalga.

Le journal s’empresse d’ajouter qu’«alors que ce dernier (Yacouba Issaac Zida) dans un entretien (…) a dit qu’il rentrerait de son exil canadien pour assister à la cérémonie, nous avons reçu un communiqué du MPS annonçant qu’il n’en est rien».

A ce propos, le journal privé Le Pays titre : «+Menacé d’arrestation+, Yacouba Isaac Zida annule son retour au pays», là où le quotidien national Sidwaya parle de «retour risqué de Yacouba Isaac Zida».

Pour sa part, Le Quotidien publie le communiqué du MPS, mettant en exergue le passage qui mentionne que «les autorités politiques ont fait clairement savoir que Zida sera immédiatement arrêté dès son arrivée à l’aéroport de Ouaga».

Aujourd’hui au Faso aborde le sujet à travers le titre exclamatif qui barre sa Une : «Congrès extraordinaire du MPS : Finalement YIZ (acronyme de Yacouba Isaac Zida) ne sera pas là !».

Toujours en politique, le même journal privé évoque la situation en Côte d’Ivoire, soulignant que pour la présidentielle ivoirienne «l’opposition (est) en rang serré contre Ouattara (Alassane, président sortant)».

L’éditorialiste rappelle que dans la nuit du 24 au 25 septembre 2020, 9 compagnons de Soro Guillaume (ancien président de l’Assemblée nationale) ont été libérés sous conditions mais libres, avant d’ajouter qu’«ils avaient été arrêtés dans l’affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat en fin décembre dernier avec 10 autres compagnons».

De son côté, L’Observateur Paalga, sous le titre «Libération des proches de Soro : Peut mieux faire», estime que «c’est louable de libérer des prisonniers qui vont retrouver leurs familles, mais dans la situation actuelle, ce n’est pas ça qui va calmer les ardeurs des frondeurs».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here