Burkina-symposium-mines-contribution

Fonds miniers: Plus de  51 milliards transférés aux collectivités locales au Burkina entre 2017 et 2020

Ouagadougou 25 sept. 2020 (AIB) – «De 2017 au 30 juin 2020, plus de 51 milliards de FCFA ont été transférés aux collectivités locales pour leur développement», a constaté l’AIB jeudi à l’issue d’un symposium national organisé par le réseau Afrique jeunesse sur la contribution des mines au développement local au Burkina.

«De 2017 à la date du 30 juin 2020, plus de 51 milliards de FCFA ont été transférés aux collectivités locales pour leur développement à travers le fonds minier au développement local»,  a précisé Issaka Yaméogo, président du réseau national des maires des communes minières du Burkina.

Issaka Yaméogo, par ailleurs maire de la commune de Yalgo, qui s’exprimait jeudi à Ouagadougou au cours du symposium national sur la contribution des mines au développement local a indiqué que «beaucoup de communes au Burkina Faso ont bénéficié du fonds minier et réaliser des infrastructures éducatives, sanitaires, et d’assainissement».

 «Chaque maire pourrait avec son conseil municipal et l’ensemble de tous les acteurs au niveau local, investir ce fonds dans les secteurs les plus importants et les plus prioritaires de nos collectivités », a-t-il souligné.

Initié par le réseau Afrique Jeunesse, ce symposium national  avait pour objectif de rassembler les idées des différentes parties prenantes sur les questions sécuritaires et sanitaires au Burkina Faso, a précisé le coordonnateur général du réseau Afrique jeunesse, Daniel Da Hien.

Pour M. Hien, le fonds minier de développement local est opérationnel depuis un certain temps et rencontre des difficultés, il était important de savoir quels sont les enjeux et les défis, comment faire en sorte que ce fond minier contribue énormément au développement local.

«Nous nous sommes rendu compte que le train est en  marche mais il y a beaucoup de réglage à faire pour que les comités de suivi locaux, communaux, nationaux soient bien outillés, que des textes encadres bien leurs responsabilités et que les projets destinés à financer par le fonds miniers de développement local soit clarifiés», a-t-il conclu.

En rappel, le réseau Afrique jeunesse s’est engagé dans le secteur minier depuis une dizaine d’années, dans l’optique de contribuer à réduire les impacts négatifs des activités minières et de produire les effets positifs pour les populations riveraines, ainsi que de renforcer les économies locales.

Agence d’information du Burkina

PZ/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here