Burkina-Mines-Presse-Caravane-Visite-

Burkina: Le personnel de la mine d’or Wahgnion comprend 94% de Burkinabè (Directeur général)

Niankorodougou, 17 sept. 2020 (AIB) – Le personnel de la mine d’or Wahgnion, située à Niankorodougou dans la région des Cascades (Banfora), est composé à 94% de Burkinabè, ont appris lundi, des journalistes en caravane de presse sur les lieux.

«Le personnel de la mine d’or Wahgnion est composé à 94% de Burkinabè, soit 995 personnes et à 6% d’expatriés, soit 67 personnes», a indiqué lundi à Niankorodougou, son Directeur général (DG) Adama Barry.

M. Barry s’adressait à des journalistes burkinabè présents lundi dans les locaux de la Mine d’or Wahgnion (qui signifie se développer en langue senoufo) dans le cadre d’une caravane de presse.

La mine est composée de 82 femmes soit 8% de son effectif et 912 hommes soit 92% de son effectif, auxquels s’ajoutent 155 agents temporaires, a-t-il précisé.

Selon Adama Barry, la mission de la mine d’or Wahgnion est de «créer de la valeur pour toutes les parties prenantes à travers une exploitation minière responsable».

Mine se trouve dans la région des Cascades

A ce sujet, les journalistes ont visité le premier périmètre irrigué réalisé par la mine au profit de 31 ménages du quartier Songa de Niankorodougou, impactés par son installation dans la localité.

Les 31 ménages qui comprennent une soixantaine de femmes ont bénéficié de l’assistance de la mine pendant la première campagne puis sont devenues autonomes les campagnes suivantes, ont appris les journalistes.

«Il y a 24 chefs de ménages hommes et 7 chefs de ménages femmes et chaque ménage exploite 1 000 m2 de produits divers comme le manioc, le chou, l’aubergine pendant deux campagnes l’an, l’une humide et l’autre sèche», a affirmé le DG Adama Barry.

Les bénéficiaires regroupés en coopérative avec l’assistance de la mine, ont reçu des formations en fabrication d’attiéké et bénéficié d’équipements pour sa fabrication.

La coopérative bénéficie également de parcelles communautaires aménagées de papayers et de bananeraies  grâce toujours à la mine.

40%  des produits cultivés par la coopérative sont achetés par la mine pour sa cantine, 40% sont vendus sur les marchés locaux par les ménages et les 30%  restants sont conservés pour leur propre consommation.

«Ils utilisent l’argent obtenu grâce à la vente des produits de ces périmètres irrigués pour payer la redevance en eau, faire fonctionner leur coopérative et chaque ménage peut avoir en plus au moins 300 000 FCFA à la fin de la campagne», a affirmé Adama Barry.

Le périmètre irrigué dans le quartier de Songa est le premier d’une série de 8 périmètres irrigués prévus par la mine pour l’ensemble des populations impactées par leur installation et leurs activités.

A Niankorodougou, la mine dispose de plusieurs fosses et certaines ont été visitées par les journalistes caravaniers.

Selon le directeur général, «quand vous avez plusieurs fosses, cela vous donne plus de flexibilité» en ce sens qu’il y a des zones de bonne teneur et des zones de faible teneur.

«Si vous avez une seule fosse, vous arrivez dans les zones de faible teneur, vous êtes bloqués, pourtant, si vous avez plusieurs fosses, vous pouvez équilibrer entre zones de fortes et faibles teneur», a-t-il indiqué.

La mine, selon son DG, a contribué en 2019, à 56,2 milliards de FCFA dans l’économie du Burkina Faso avec notamment 44,2 milliards de FCFA pour les approvisionnements locaux.

8,4 milliards de FCFA de cette somme a soutenu le gouvernement burkinabè, 3,5 milliards de FCFA a servi  pour le salaire de ses employés et 162 millions de FCFA pour l’investissement direct dans la communauté, a indiqué le DG Adama Barry.

Agence d’information du Burkina                           

WIS/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here