Burkina-Mines-Cadastre-Modernisation-Titres-Autorisations

  1. Burkina: La gestion des titres miniers obéit désormais à «des procédures claires» (ministère des Mines)

Ouagadougou, 9 sept. 2020 (AIB) – La gestion des titres miniers et autorisations obéit «désormais», à «des procédures claires et compréhensives», grâce à la modernisation du cadastre minier, a indiqué mercredi à Ouagadougou, la Secrétaire générale du ministère en charge des Mines, Sétou Compaoré.

«Les usagers du cadastre minier sont désormais convaincus de la qualité des services fournis. Des procédures claires, rapides, simples et compréhensives sont au rendez-vous avec le cadastre modernisé», a indiqué mercredi la Secrétaire générale (SG) du ministère en charge des Mines, Sétou Compaoré.

Mme Compaoré s’exprimait mercredi à la cérémonie d’ouverture de l’atelier de valorisation des résultats obtenus de la modernisation du cadastre minier qui, a-t-elle indiqué, est chargé de la gestion des titres miniers et autorisations.

Elle a expliqué que grâce à cette modernisation, «la gestion des instruments tels que les registres, les cartes, les formulaires et les archives se fait maintenant en toute aisance».

«L’application du principe, ‘‘premier venu, premier servi’’ ne souffre d’aucune contestation et surtout, le fichier des titres miniers et autorisations est assaini», a-t-elle indiqué.

Selon Sétou Compaoré, la modernisation du cadastre minier a consisté en sa mise en ligne, il est actuellement accessible à l’adresse : www.cadastreminier.bf.

«Cela a permis l’accélération de la cartographie des titres miniers et autorisations valides», a-t-elle affirmé.

Autre modernisation évoqué par la SG, c’est l’érection du cadastre minier en Direction général alors qu’il n’était qu’un service de la direction générale des Mines.

Les participant à l’atelier de validation

Le cadastre minier a également vu ses capacités matérielles se renforcer avec la réfection de ses locaux et le renforcement de ses ressources humaines désormais pluridisciplinaires et complètes, a poursuivi, la SG.

La cérémonie d’ouverture a été suivie par une communication exposée par la directrice générale du cadastre minier, Georgette Kientega sur le thème : «la modernisation du cadastre minier burkinabè : acquis et perspectives».

Selon Georgette Kientega, le cadastre minier «est la porte d’entrée du secteur minier pour les investisseurs».

«Pour pouvoir dire qu’on est investisseur minier, il faut avoir un titre et pour avoir un titre, il faut passer chez nous», a-t-elle indiqué.

L’atelier a pris fin par une visite guidée des journalistes du cadastre minier modernisé.

L’atelier entre dans le cadre du «mois de redevabilité dans le secteur minier» initié par le département des Mines qui a démarré le vendredi dernier par une cérémonie de lancement présidée par le ministre Oumarou Idani.

Le mois de la redevabilité se tient en remplacement de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest (SAMAO), initialement prévue du 24 au 26 septembre prochain, mais annulée pour cause de la maladie à coronavirus (Covid-19).

Au cours de ce mois, il est prévu une caravane de presse du 10 au 16 septembre prochain dans les localités de Bobo-Dioulasso, Sindou, Niankorodougou, Houndé et Bagassi, caravane qui sera marquée par des visites de sites miniers et de carrières dans lesdites localités.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here