Les acteurs se sont engagés à s’investir dans la sensibilisation des populations sur les principes de la transhumance.

Burkina-Agriculture-Elevage-Conflits-Sensibilisation

 Loroum : Agriculteurs et éleveurs veulent prévenir les conflits

 Titao,(AIB)-Des  agriculteurs et éleveurs du Loroum se sont engagés le 03 septembre 2020, lors d’une session du comité provincial de la transhumance, à respecter les dispositions réglementaires afin d’éviter des conflits, dans une localité déjà fragilisée par l’insécurité.

 Le comité provincial de la transhumance du Loroum (COPT/L) a tenu sa première session ordinaire de l’année le jeudi 03 septembre 2020 sous la direction du Haut-commissaire de la province du Loroum, Djibril Bassolé.

Plusieurs questions ont été abordées pour une cohabitation paisible entre agriculteurs et éleveurs dans la province.

Dresser l’état des lieux de l’élevage dans un contexte d’insécurité, c’est l’objectif que s’est assignée cette session du comité provincial de la transhumance.

Autour du premier responsable de la province Djibril Bassolé, les membres se sont notamment appesantis sur les difficultés auxquelles est confrontée la pratique de l’élevage dans la province.

Dans un contexte marqué par l’insécurité dans la province, le secteur de l’élevage est durement impacté. Cette situation complique davantage celle déjà existant notamment la rareté des ressources et les problèmes de transhumance.

Le Haut-commissaire  Djibril Bassolé (milieu) a insisté sur la nécessité de la cohésion entre éleveurs et agriculteurs à travers une bonne application des règles de la transhumance.

L’obstruction des couloirs de transhumance, des voies d’accès aux espaces et l’insuffisance des ressources pastorales dans les zones de départ et d’accueil, les contrôles et amendes abusives, contribuent à raviver les conflits communautaires et saper les bases de développement local.

Pourtant, la province doit compter avec ce sous-secteur qui regorge d’énormes potentialités au regard de l’importance et de la diversité du cheptel.

C’est pourquoi, pour le Haut-commissaire de la province du Loroum, il y a lieu de mettre le problème sur la table et d’en dégager des pistes de solution susceptibles de booster ce secteur.

Les acteurs du cadre ont donc passé en revue ces différentes préoccupations et proposé des solutions.

Au sortir de la concertation ils se sont dits satisfaits des échanges et prêts à s’investir dans la sensibilisation afin de prévenir les conflits intercommunautaires, et mieux faire appliquer les orientations nationales en matière de transhumance dans la province.

El Hadj Madi Maïga, Président de l’union des éleveurs du Loroum s’est félicité de la participation des agriculteurs et éleveurs à ce cadre et a insisté sur le respect des aires de pâturage et des pistes à bétail.

La province du Loroum traverse depuis quelques années une crise sécuritaire sans précédent marquée par des attaques armées, le rapt de bétail, l’abandon des aires de pâturage et des risques de disette qui impactent négativement sur le cheptel.

Agence d’information du Burkina

Abdoul Salam OUARMA

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here