Burkina-Commerce-Industrie-Conclave

Burkina : Un conclave pour permettre à l’économie burkinabè d’avoir des bases solides

Ouagadougou, 3 sept. 2020 (AIB) – Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a présidé ce jeudi à Ouagadougou, l’ouverture du premier conclave national sur l’industrie et le commerce qui vise à permettre à l’économie burkinabè de se développer sur des bases solides.

«Le conclave permet d’établir la communication entre deux grands opérateurs, les industriels et les acteurs du commerce pour permettre à notre économie de se développer sur des bases solides», a déclaré jeudi à Ouagadougou, le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré.

Le chef du gouvernement burkinabè s’exprimait à l’ouverture du premier conclave national sur l’industrie et le commerce.

Il a salué l’initiative qui, selon lui, permet aux industriels et aux acteurs du commerce, de se donner des informations et d’établir des passerelles entre eux pour permettre à l’économie de se développer de façon harmonieuse.

«Si les industriels et les acteurs du commerce ne se comprennent pas pour créer une synergie, les uns vont produire, les autres ne vont pas commercialiser et nous allons arriver à des crises marquées par la fermeture d’un certain nombre d’industries», a-t-il indiqué.

Dans la même dynamique, le ministre en charge du Commerce et de l’Industrie Harouna Kaboré a affirmé que le conclave est un tremplin pour trouver des solutions durables à l’écoulement des productions nationales.

Il sera marqué par deux panels dont l’un porte sur «la promotion de la transformation des produits nationaux» et l’autre, sur «la compétitivité du tissu industriel face aux enjeux de l’ouverture des marchés».

«Je vous invite à avoir des échanges bien nourris sur ces deux panels composés chacun de trois thématiques en vue de dégager des solutions durables aux problèmes de l’écoulement des produits nationaux», a indiqué le ministre Kaboré.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la signature de conventions entre le ministre Kaboré et trois entreprises pour les accompagner dans leur lutte contre la maladie à coronavirus (Covid-19) présent au Burkina Faso depuis mars dernier.

La première convention d’un montant de 23 millions de FCFA a été signée avec Dr Aline Tiendrébéogo pour le renforcement des capacités de production hydro alcooliques et de savon de sa Pharmacie St François d’Assises.

La seconde convention, d’un montant de 53 millions 820 mille FCFA, a été signée avec le Dr Zéphirin Dakuyo, pour l’acquisition de matériels flambants neufs de Laboratoires pour le contrôle qualité des produits qu’il met sur le marché.

La troisième convention a été signée avec Boukary Zeba, pour la modernisation et l’extension de son unité de production de gel et de solution hydro alcoolique, Karilor Cosmétiques.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here