Burkina-Finances-grève-Déclaration

Burkina : une grève de 72 heures pour exiger la réintégration des financiers révoqués

Ouagadougou, 2 septembre 2020 (AIB)-Les Syndicats du ministère en charge des Finances ont annoncé mardi, une grève de 72 heures allant du 09 au 11 septembre 2020 pour exiger la réintégration immédiate et sans condition de leurs camarades révoqués «arbitrairement» le 27 juin dernier.

Dans une déclaration parvenue mercredi à l’AIB, la Coordination des organisations syndicales membres de la Coordination des Syndicats du Ministère en Charge de l’Economie et des Finances (CS-MEF) invitent les braves travailleurs dudit ministère à «se mettre en ordre de bataille».

Et cela, «pour une réussite éclatante de la grève de 72 heures du 09 au 11 septembre 2020 afin d’exiger la réintégration immédiate et sans condition des camarades arbitrairement révoqués», précise le communiqué signé du Président de mois de la coordination Mohamed Savadogo.

Les trois agents, contrôleurs des impôts à la Direction du Centre des impôts de Ouaga 1, ont été révoqués au conseil des ministres du 27 juin dernier pour «indiscipline d’une extrême gravité» avait indiqué le gouvernement.

Il s’agit de Fatimata Bamogo Sodré, Jean Pierre Yonli et Ardjouma Traoré.

Dans les faits, le 20 mars dernier, on les voit dans une vidéo qui a circulé sur internet, en train d’agresser une dame du nom d’Awa Bikienga, accusée de n’avoir pas observé un mot d’ordre de grève lancé par les syndicats.

Selon le Président de mois de la coordination Mohamed Savadogo, la grève de 72 heures est un «avertissement» aux autorités.

En prélude à la grève, la coordination prévoit «la tenue des assemblées générales des travailleurs du ministère particulièrement à Bobo Dioulasso et à Ouagadougou respectivement les 03 et 04 Septembre 2020».

De même qu’une conférence de presse le mardi 08 septembre 2020 à 10h00mn à la Bourse de travail de Ouagadougou.

Agence d’information du Burkina

wis/ata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here