Burkina Faso-Presse-Revue

Politique et football se disputent la Une des quotidiens burkinabè 

Ouagadougou, 24 août 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi continuent de commenter la situation sociopolitique au Mali, sans oublier l’actualité nationale marquée par l’élection de Lazare Banssé à la tête de la Fédération burkinabè de football (FBF) et les élections couplées (présidentielle et législatives) de novembre prochain.

«Election présidentielle: Deux partis promettent la victoire par K.O à Roch Kaboré», affiche le quotidien national Sidwaya, précisant que le Nouveau temps pour la démocratie (NDT) et l’Union pour la république (UPR), tous deux partis de la majorité présidentielle, ont investi, samedi dernier, le président Kaboré comme leur candidat à la future présidentielle.

Pour sa part, Le Pays quotidien privé, arbore, en première page: «Présidentielle et législatives de 2020: Le NTD soutient la candidature de Roch Kaboré».

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso titre : «Congrès extraordinaire du NTD : Roch investi une deuxième fois».

Le même journal consacre sa Une à l’élection à la fédération burkinabè de football, sous le titre : «Lazare Banssé ou le triomphe de la continuité».

«Fédération burkinabè de football: Lazare Banssé élu président, sans coup férir», mentionne Sidwaya, de son côté, avant d’ajouter que le nouveau patron de la FBF a été élu le 22 août dernier, face à son challenger Amado Traoré, avec 94 voix sur les 153 votants.

Quant au journal privé Le Quotidien, il met en exergue: «Présidence de la Fédération burkinabè de football: Lazare Banssé succède à Sita Sangaré», là où Aujourd’hui au Faso laisse lire: «Fédération burkinabè de football: Lazare Banssé, taille patron».

Le journal cité  en second lieu évoque, à travers son éditorial, la situation politique au Mali voisin, titrant : «La CEDEAO à Bamako après le coup d’État : Entre condamnations principielles et réalpolitik».

Selon l’éditorialiste de Aujourd’hui au Faso, Goodluck  Jonathan l’émissaire attitré de la  Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est de nouveau à Bamako.

Et de souligner qu’il s’agit d’«une sorte de médecin après la mort, puisqu’après la première médiation pour sauver le soldat IBK, suivie d’ailleurs par celle de l’escouade des 5 chefs d’État, ce qui était redouté est finalement advenu : le président élu a perdu le pouvoir, renversé par un quarteron de colonels».

Dans son ‘’Commentons l’évènement’’, L’Observateur Paalga parle de «CEDEAO : Embalo et les +vieux pères+».

Pendant ce temps, Le Pays s’exclame: «Sommet de la CEDEAO sur la crise malienne : ADO (Alassane Dramane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, Ndlr) et Alpha Condé (président de la Guinée) humiliés !».

Agence d’information du Burkina

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here