«L'espoir est permis», dixit le gouverneur Sibiri de Issa Ouédraogo.

Burkina-Développement-Planification

Burkina: Après le PNDES, les acteurs  du Centre en quête d’un nouveau référentiel de développement 

Ouagadougou, (AIB)-Les acteurs de la région du Centre ont dressé le vendredi 21 août 2020 à Ouagadougou, le bilan à mi-parcours de la mise en œuvre du PNDES avant de recueillir les attentes pour l’élaboration d’un nouveau référentiel en 2021.

Le taux d’exécution physique du Plan national pour le développement économique et social (PNDES) au 30 juin 2020 dans la région du Centre, est de 32,28%, a affirmé le gouverneur de la région du Centre Sibiri de Issa Ouédraogo.

L’autorité qui s’exprimait le vendredi 21 août 2020 lors de la revue régionale à mi-parcours 2020 du PNDES dans la région du Centre, a précisé que sur 175 produits, 26 ont été entièrement réalisés pendant que 47 autres affichent des taux de 87%.

Durant la même période, 9 milliards 25 millions 386 mille 140 FCFA ont été dépensés sur une prévision de 15 milliards 570 millions 46 mille 364 FCFA, soit une exécution financière de 58%.

Pour le gouverneur, ces taux sont assez satisfaisants compte tenu des difficultés liés au contexte sécuritaire et humanitaire, à la fronde sociale et à la pandémie de la Covid-19.

Selon Sibiri de Issa Ouédraogo, il faut toutefois garder espoir car les chantiers en cours seront achevées et d’autres vont démarrer.

Il s’est surtout réjoui parce que près de 6 milliards 500 millions de FCFA seront engagés pour le second semestre.

Le rapport de performance détaillé a été présenté par l’économiste Moussa Zongo.

Il s’est aussi chargé de présenter la synthèse des consultations dans la région du Centre en vue de la formulation d’un nouveau référentiel, après l’expiration du PNDES en 2020.

L’assistance a fait de précieuses recommandations.

M. Zongo a d’abord fait cas des nombreuses réalisations socio-économiques qui ont permis d’améliorer les indicateurs et les conditions de vie des populations.

Ensuite, il a relevé les manques qui ont assombri le tableau, notamment la lourdeur des procédures de passation des marchés publics, la non effectivité des transferts de ressources financières dans certains cas et l’insuffisance en nombre et en qualité des ressources humaines dans les collectivités territoriales.

Dans l’optique d’améliorer les indicateurs lors de la mise en œuvre du prochain référentiel, Moussa Zongo a décliné quelques défis. Il s’agit notamment de l’amélioration de l’accès aux services sociaux, de la promotion de la production maraichère, de la préservation du patrimoine naturel et culturel.

Le renforcement des capacités techniques et financières des collectivités territoriales, la mise en œuvre des pôles de croissance, le renforcement du maillage sécuritaire, ont aussi été mis en exergue. Enfin, les acteurs ont mentionné la nécessité de poursuivre l’autonomisation des jeunes et des femmes, de dynamiser les cadres de concertation et de promouvoir la pratique du sport pour tous.

La Directrice régionale de l’Economie et de la planification du Centre Rosalie Compaoré/Naré s’est réjouie de la richesse des échanges. Elle a invité les participants à s’impliquer dans la réussite du futur référentiel comme ils l’ont fait avec le PNDES.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

 

Légende :

-(Photo gouverneur).

-L’assistance a fait de précieuses recommandations. (Photo assistance).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here