Mali : Le procès du régime IBK semble avoir commencé sur Twitter

Koudougou, 19 août 2020 (AIB)-Quelques heures après la destitution du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), le compte twitter @CnspMali, attribué aux mutins du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), annonce des mesures populistes et promet de traquer les auteurs des présumées malversations financières.

En moins de cinq heures, le compte Twitter «@CnspMali», cumule plus de 2 500 abonnés, avec seulement une trentaine de tweets.

Le compte a d’abord, publié en deux vidéos, le discours de démission du président IBK, avant d’inviter les patriotes de l’intérieur et de la diaspora à rejoindre leur camp, «pour construire un nouveau Mali».

Ils ont aussi diffusé des mesures immédiates à savoir l’instauration d’un couvre-feu de 21h00-5h00, la fermeture des frontières terrestres et aériens jusqu’à nouvel ordre et l’interdiction pour tous les anciens ministres de quitter le pays le temps de mener des enquêtes sur leur gestion.

@CnpsMali dénonce des supposés détournements de deniers publics dont il s’engage à traduire les auteurs devant les juridictions compétentes. Face à la corruption, aux supposés marchés publics surfacturés et/ou mal exécutés, les mutins promettent d’être implacables.

«Tous ceux qui ont détourné l’argent public seront arrêtés dans les jours à venir (…).Tous les rapports du Vérificateur Général seront remis à la justice immédiatement», peut-on lire.

Ils exhortent ceux qui se sont rendus coupable de détournement d’argent public à se « dénoncer avant le 30 septembre 2020», faute de quoi, ils écoperont de «terribles sanctions».

Ils se sont engagés à auditer les comptes des services et sociétés publics (la douane, les mines…), à supprimer les véhicules de fonction et les bons de carburant, et à revendre l’avion présidentiel …pour financer la santé, l’éducation et l’avenir des enfants maliens.

«Nous sommes un pays riche… Nous avons besoin des femmes et des hommes intègres pour construire le Mali, nous avons besoin de vous », écrivent-ils dans un tweet.

Les «tombeurs» d’IBK entendent aussi rendre justice aux martyrs des manifestations, à indemniser les blessés et à rechercher activement   ceux qui ont donné l’ordre de tirer.

Ils rassurent les partenaires du Mali sur leur bonne foi et les exhortent à comprendre l’aspiration démocratique du peuple Malien.

Dans plusieurs tweets, le CNSP appelle la population notamment la jeunesse à un sursaut patriotique.

Arrêté dans l’après-midi du mardi par des soldats après une journée de mutinerie, le président du Mali Ibrahim Boubakar Keita a été forcé de démissionner publiquement tard dans la nuit.

Agence d’information du Burkina

ds/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here