Côte d’Ivoire-Politique-Présidentielle-Candidature

Présidentielle ivoirienne : Alassane Ouattara candidat pour «cas de force majeure»

Ouagadougou, 6 août 2020 (AIB) – Le président ivoirien Alassane Ouattara s’est déclaré, ce jeudi soir, candidat à la présidentielle du 31 octobre prochain pour «cas de force majeure» et ce, cinq mois après qu’il s’était engagé à ne pas se représenter.

«Face à ce cas de force majeure (décès de son dauphin Amadou Gon Coulibaly) et par devoir citoyen, j’ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 Octobre 2020», a déclaré ce jeudi soir le président ivoirien Alassane Ouattara.

Le chef de l’Etat ivoirien s’exprimait à Abidjan, lors du traditionnel discours à la Nation marquant le 60ème anniversaire de l’accession de son pays à l’indépendance.

Cette décision intervient cinq mois après qu’il ait annoncé devant le Parlement ivoirien, sa volonté de ne pas faire acte de candidature à un  troisième mandat et «de passer la main à une nouvelle génération».

Il avait ensuite désigné le 12 mars dernier son Premier ministre d’alors, Amadou Gon Coulibaly, comme le candidat de son parti à la prochaine présidentielle.

Depuis cette décision, Alassane Ouattara a affirmé qu’il avait commencé à organisé son départ.

«J’avais entrepris de relancer les activités de mon Institut et de créer la fondation internationale Alassane Dramane Ouattara (ADO) dont les locaux sont en cours de finition», a-t-il déclaré.

Cependant, il dit reconsidérer ce jeudi, sa position suite au décès «tragique» de son dauphin le 8 juillet dernier, au «calendrier très serré de la présidentielle» à venir et aux défis sécuritaire et sanitaires auxquels le pays est confronté.

«Le risque que tous les acquis après tant d’efforts et de sacrifices consentis par toute la population, soit compromis, le risque que notre pays recule dans bien des domaines, m’amène à reconsidérer ma position», a-t-il justifié sa décision.

Selon Alassane Ouattara, sa «décision, murement réfléchie, est un devoir» qu’il «accepte dans l’intérêt supérieur de la Nation» afin de continuer de mettre «sans relâche» son expérience au service de son pays.

«Compte tenu de l’importance que j’accorde à mes engagements et à la parole donnée, cette décision représente un vrai sacrifice pour moi que j’assume pleinement par amour pour mon pays», a-t-il affirmé.

Par cette décision, le président ivoirien Alassane Ouattara compte «prendre le temps de préparer la relève (et) renforcer les actions de rassemblements et de réconciliation de tous ses compatriotes».

Selon lui, l’objectif du gouvernement, «est que ces élections permettent de refermer définitivement, les pages sombres de l’histoire de ce pays», qu’aucun Ivoirien «ne souhaite revivre».

Il a donc invité chaque candidat à la présidentielle à œuvrer pour faire de ces élections «un grand moment de démocratie apaisée et exemplaire».

A ce jour, plusieurs candidatures sont déjà déclarées parmi lesquelles celle de l’ancien président Henri Konan Bédié (1993-1999) et celle de Affi N’Guessan, président de l’une des branches de l’ex parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien (FPI) du président Laurent Gbagbo.

La décision de candidature du président Ouattara intervient alors que le 15 juillet dernier, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a ordonné dans une décision, à la Côte d’Ivoire de réformer à nouveau la Commission électorale indépendante (CEI) dans un délai de trois mois.

Pour le président Ouattara, «la décision de la CADHP ne remet pas en cause la loi instituant la CEI» et il n’a pas manqué de saluer «la participation de toute l’opposition aux structures de la CEI à la suite de cette décision».

A l’occasion des 60 ans de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a invité les Ivoiriens à être fiers du chemin parcouru et confiants sur l’avenir.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

Photo : RTI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here