Burkina: Le ministre de l’Education prône l’accroissement de la formation technologique

Ouagadougou, 3 août 2020 (AIB)- Parmi les 125 805 candidats en lice pour le baccalauréat, 116 000 relèvent de l’enseignement général ; un constat qui amène le ministre de l’Education nationale Stanislas Ouaro à prôner l’accroissement de la formation technologique.

Le Baccalauréat 2020 démarré lundi matin, enregistre 125 805 candidats parmi lesquels 116 000 sont en quête d’un BAC d’enseignement général.

Selon le ministre Ouaro, le défi poursuivi par son ministère, «c’est de faire en sorte que l’on s’oriente plus vers les formations technologiques».

Il a indiqué que cette année, le nombre de candidats au BAC C est de 321 élèves alors qu’il n’avait guère atteint 200 élèves entre 2015 et 2018, selon les chiffres de l’office du BAC.

Pour le ministre Ouaro, «cela montre que les efforts en matière de développement des lycées scientifiques (deux sont ouverts depuis 2017-2018, l’un à Bobo-Dioulasso et l’autre à Ouagadougou) ont commencé à payer».

Il a rappelé que les premières promotions des deux lycées scientifiques qui sont cette année en classe de Terminale C, ont permis d’atteindre ces chiffres.

«Nous pensons que d’ici quelques années, on pourra atteindre au moins 1000 candidats de la série C, avec l’objectif poursuivi qui est d’ouvrir au moins un lycée scientifique dans chaque région», a-t-il indiqué.

Le ministre Ouaro s’exprimait lundi matin au lycée mixte de Goughin à Ouagadougou où il a procédé sous une pluie matinale, au lancement de la session 2020 du Baccalauréat.

Dans la salle 1 du jury 108 de ce lycée, les élèves sont assis une personne par table avec d’un côté leur CNIB et fiche de table et de l’autre de quoi composer, a constaté un correspondant de l’AIB.

Le ministre Ouaro leur a souhaité ainsi qu’à l’ensemble des 125 805 candidats répartis dans 257 centres de compositions à travers le pays, «bon courage» et «bonne chance».

«Facilitez la tâche aux surveillants. Adressez-vous à eux et non à vos voisins !», a-t-il conseillé.

Le ministre Ouaro a affirmé que la session mobilise 5 milliards 500 millions de FCFA et son plus jeune candidat à 15 ans tandis que le plus âgé à 63 ans.

Le lycée mixte de Goughin abrite quatre jurys de série A4 avec à peu près, 1110 candidats dont 11 malvoyants et environ 400 candidats libres, a indiqué le proviseur du lycée et par ailleurs président du centre, Dieudonné Noël Bagué.

Il a affirmé qu’avec la pluie matinale, des candidats sont arrivés en retard alors qu’ils n’étaient pas venus repérer leurs salles avant. Mais il a rassuré que «ces aspects (ont été) réglés» et que «c’est bien parti pour le BAC 2020» dans son centre.

«Face à la Covid-19, nous avons réduit le nombre de candidats par salle entre 30 et 35 maximums avec deux surveillants et ils sont assis un candidat par table, afin d’amoindrir les cas de fraude», a-t-il indiqué.

Pour un meilleur déroulement de l’examen, Dieudonné Noël Bagué a indiqué avoir tenu dimanche, une rencontre avec les surveillants pour rappeler les consignes à observer et la vigilance à avoir lors des compositions.

Ce sont 42 020 personnes qui seront impliquées dans le déroulement de la session repartis en 31 140 surveillants, 8 478 correcteurs, 964 secrétaires de jurys et 471 encadreurs pédagogiques.

Agence d’Information du Burkina

Wis/ata

Photo : DCPM/MENAPLN  

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here