Burkina- Religion-Tabaski-Célébration

Ramadan 2020 : les musulmans prient pour la paix au Burkina

Ouagadougou, 31 juil. 2020 (AIB) – Les fidèles musulmans du Burkina Faso ont célébré vendredi, la fête de l’Aïd El Kebir communément appelée Tabaski, au cours de laquelle, ceux de la capitale ont prié pour la paix et cohésion la sociale qui constituent un socle de développement du pays, selon l’iman El Hadj Albdallah Ouédraogo ayant dirigé la prière à Ouagadougou.

«Pour cette fête de Tabaski 2020 nous avons prié pour la paix et la cohésion sociale qui sont des facteurs de développement du Burkina Faso», a  affirmé l’Iman El Hadj Albdallah Ouédraogo.

Le célébrant a exhorté  les Burkinabè à cultiver la paix et la cohésion sociale qui sont des facteurs de développement du Burkina Faso.

Pour lui, les Burkinabè étaient des frères et des sœurs (en famille), des voisins, des beaux parents entre eux et vivaient en paix, autre fois, avant l’arrivée de l’islam dans le  pays.

El Hadj Albdallah Ouédraogo s’exprimait vendredi sous une pluie bienfaisante, à la place de la Nation de Ouagadougou au moment de la célébration de la fête de Tabaski  ou fête des moutons.

A l’écouter, les  musulmans d’aujourd’hui, ne doivent pas perdre de vue,  les notions de paix et de solidarité qui contribuent au renforcement du vivre-ensemble pour un mieux-être de l’humanité.

«Chacun de nous doit avoir la notion de paix dans son cœur. Si tu souhaites du bien à ton frère, à ton proche, souhaite-le également à tout le monde», a-t-il indiqué.

L’iman faisait allusion à la crise sécuritaire et à la question du leadership au sein de la Communauté musulmane du Burkina Faso (CMBF).

En effet, depuis octobre 2019, la CMBF face à une crise de leadership ayant conduit à deux camps : le camp du président El Hadji Abdoul Rasmané  Sana et celui des protagonistes de Cheick Mahamoud Bandé.

L’Iman Ouédraogo a aussi exhorté les musulmans à partager leurs repas à cette fête de l’Aïd el kebir avec leurs parents, leurs proches et leurs amis, car selon lui,  le bon Dieu recommande la solidarité entre les hommes.

La communauté chrétienne (catholique) a été représentée à la prière. Selon le cardinal Philippe Ouédraogo, les chrétiens sont venus traduire leur fraternité et leur amitié à leurs frères et sœurs musulmans  du Burkina Faso.

Le cardinal Ouédraogo s’est dit émerveillé par la prêche de l’Iman El Hadj Albdallah Ouédraogo qui s’est focalisée sur la paix et le vivre-ensemble au pays des hommes intègres.

«C’est un message très fort et nous souhaitons que cette fête fortifie notre union entre croyants et citoyens ; ensemble nous prions pour une société réconciliée dans la justice et dans la paix véritable et durable», a-t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

NO/ata/ak 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here