Burkina-Elections-Présidentielle-Investiture

Burkina/Présidentielle 2020: L’ex-parti au pouvoir investit Eddie Komboigo comme son candidat

Ouagadougou, 27 juillet 2020 (AIB) – L’ex parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a investi dimanche son président Eddie Komboigo comme son candidat à l’élection présidentielle du 22 novembre  2020.

Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) Eddie Komboigo  a accepté ce dimanche «avec beaucoup d’humilité et d’honneur de porter la charge exaltante» de candidat de son parti à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, afin de «relever le défi de la conquête du pouvoir par les urnes».

«Je mesure l’immensité de la charge et de la responsabilité de président du Faso puisque sa mission est dans l’action», a-t-il affirmé, devant ses militants avant de s’engager à porter «les valeurs de l’audace, de l’abnégation au travail, du don de soi et de l’honnêteté» s’il est élu.

Le congrès d’investiture s’est tenu dans un contexte où le parti est poursuivi en justice par l’un de ses membres Mahamadi Lamine Kouanda Kouanda dont la candidature pour l’investiture aux primaires du parti avait été rejetée pour dossier incomplet.

Mahamadi Kouanda a également été débouté samedi par la justice, avec sa requête qui exigeait la suspension du congrès.

Eddie Komboigo a invité les militants de son parti à laisser «au jugement de l’histoire, les individus au sombre dessein qui ont trainé le parti dans la boue, porter atteinte à sa cohésion, à son unité et dans la haine».

«Toutes ces machinations diaboliques ont lamentablement échoué parce que la vérité a toujours été du côté de ceux qui ne sont pas dans le mensonge», a-t-il indiqué.

Le candidat investi a appelé «à l’unité pour fédérer toutes les énergies de la société afin de provoquer l’avènement d’un nouvel ordre démocratique auquel les Burkinabè aspirent de tout leur cœur».

Eddie Komboigo a reçu les félicitations de plusieurs leaders de partis politiques présents à son investiture, notamment le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) Zéphirin Diabré, lui-même investi samedi par l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

Ce dernier s’est «réjoui de l’excellence des rapports» entre leurs deux formations politiques depuis 5 ans qu’ils cheminent ensemble.

«L’UPC et le CDP travaillent main dans la main sur le terrain, gèrent ensemble des municipalités et s’il prête à Dieu, géreront ensemble demain le Burkina Faso», a-t-il indiqué.

Selon Zéphirin Diabré, les deux partis comptent signer bientôt un accord politique pour que celui qui ira au second tour de la présidentielle, bénéficie du soutien de l’autre afin de battre le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP-au pouvoir).

Le CFOP Zéphirin Diabré dit avoir «exigé et obtenu au nom de l’opposition, que le fichier électoral fasse l’objet d’un audit international» pour éviter d’éventuelles fraudes.

«C’est au niveau du dialogue politique que nous allons choisir la personne pour faire l’audit, pour nous assurer que des gens ne soient pas plusieurs fois enregistrés pour voter plusieurs fois», a-t-il indiqué.

L’investiture du candidat du CDP est intervenue dimanche après celle de l’UPC, la veille et celle du MPP le 11 juillet dernier.

Le CDP a perdu le pouvoir en fin octobre 2014 avec la chute de son fondateur, le président Blaise Compaoré, suite à une insurrection populaire et est à ce jour, la troisième force politique du pays, derrière le MPP et l’UPC.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

Photo : Burkina 24

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here