Burkina Faso-Presse-Revue

Situation au Mali et future présidentielle intéressent les quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 17 juil. 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce vendredi évoquent l’actualité politique nationale marquée par la présidentielle du 22 novembre, sans oublier l’internationale, avec la situation au Mali.

Dans son ‘’Regard sur l’actualité’’, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso revient sur la situation sociopolitique au Mali, s’exclamant : «Crise malienne : Bonne chance … Goodluck !».

Selon le journal, «c’est dans un contexte on ne peut plus explosif et volatile (au Mali) que l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan a débarqué mercredi sur les rives du Djoliba avec une importante délégation de la CEDEAO pour une mission de bons offices dont on se demande bien sur quoi elle va déboucher».

L’Observateur Paalga rappelle qu’il y a quelques semaines, l’organisation sous-régionale avait déjà tenté de rapprocher les positions  des uns et des autres, avec le résultat qu’on sait, puisqu’après deux semaines le climat sociopolitique s’est particulièrement surchauffé.

Aujourd’hui au Faso fait remarquer que cette  mission de la CEDEAO, que chapeaute l’homme «chanceux» Jonathan est composée de présidents de Cours constitutionnelles.

Et d’ajouter que la mission de la CEDEAO en terre malienne aura «la lourde tâche de rapprocher les positions tranchées afin de sauver les meubles dans ce pays en proie à des violentes manifestations depuis quelques semaines».

C’est à juste titre que Le Pays, autre quotidien privé, pose cette interrogation : «Médiation de le CEDEAO sur fond d’annulation de la marche du M5 : Le calme avant la tempête ?».

Le journal croit savoir que le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) et le Mali pourraient ne pas survivre à un affrontement de longue durée avec le Mouvement du 5 juin (M5).

Toujours en politique et au niveau national, Le Quotidien (privé) revient sur la conférence de presse animée la veille à Ouagadougou par l’Union pour le changement et le progrès (UPC)/

Le confrère met en exergue les propos de l’un des responsables du parti qui a dit au sujet de la présidentielle de novembre 2020: «l’occasion est donnée au peuple de corriger l’erreur monumentale de 2015».

De son côté, le quotidien national Sidwaya renseigne que le comité national d’organisation du congrès extraordinaire de désignation et d’investiture du candidat de l’UPC à l’élection présidentielle a fait, hier jeudi à Ouagadougou,  le point des préparatifs de cette rencontre prévue pour le 25 juillet prochain.

A ce sujet, Aujourd’hui au Faso (privé) affiche : «présidentielle du 22 novembre 2020 : L’UPC se prépare pour l’investiture de son candidat le 25 juillet».

Le même journal, à travers ses ‘’News du VSD (Vendredi-Samedi-Dimanche)’’ informe qu’à l’occasion de la fête nationale de la France, le 14 juillet dernier, «les convives (étaient) triés sur le volet, Covid-19 oblige».

Pour sa part, Sidwaya rapporte que dans la lutte contre le Covid-19, la Première dame chinoise a offert du matériel à son homologue du Burkina Faso.

 

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here