Burkina-International-Maroc-AmnestyInternational-Crise

«Amnesty International n’a pas les intérêts du Maroc à cœur» (ministre)

Ouagadougou, 17 juil. 2020 (AIB) – Rabat a affirmé mardi que «Amnesty International n’a pas les intérêts du Maroc à cœur», tout en exigeant une nouvelle fois, que l’ONG fournisse des preuves sur les accusations d’espionnage de journalistes, portées contre le Royaume.

«Nous pensons qu’au fond, Amnesty (international) n’a pas les intérêts du Maroc à cœur, ni ceux de ses citoyens ou de ses institutions», a affirmé le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, dans une interview publiée le mardi 14 juillet 2020 par la ‘’Tribune de Genève’’.

M. Bourita décriait le rapport publié le 22 juin 2020 par l’ONG, accusant son pays d’avoir espionné le journaliste et militant des droits humains marocain Omar Radi, grâce à un logiciel israélien.

«Nous rejetons ces accusations sans équivoque. (…) Ils ont mené une véritable campagne médiatique sur la base d’accusations infondées, induisant plusieurs médias et journalistes dans l’erreur», a déclaré Nasser Bourita.

Pour M. Bourita, le Maroc «n’est pas allergique aux rapports», mais demande qu’ils soient étayés par des preuves.

«Aujourd’hui, force est de constater qu’Amnesty n’est pas en mesure d’apporter la moindre preuve. Et nous ne sommes pas les seuls à le dire. Le Tribunal de Tel-Aviv a rejeté ce lundi (13 juillet 2020), la plainte déposée par Amnesty contre l’entreprise NSO, en justifiant cette décision par l’incapacité d’Amnesty à prouver que le logiciel était utilisé par leur gouvernement», a assuré le ministre.

Avant Nasser Bourita, le chef du gouvernement marocain Saad-Eddine El Othmani a réclamé, le 2 juillet 2020, dans une lettre à l’ONG, les preuves matérielles qui étayent son rapport.

Agence d’information du Burkina

GY-ATA/ak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here