Burkina Faso-Presse-Revue

Examens scolaires et politique occupent la Une des journaux burkinabè

Ouagadougou, 15 juil. 2020 (AIB) – Les journaux burkinabè de ce mercredi évoquent essentiellement des sujets politiques, sans oublier les examens scolaires en cours.

Le journal privé Le Quotidien fait savoir que le lancement officiel des examens scolaires du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) et du Certificat d’études primaires (CEP) session 2020 au Burkina Faso, a eu lieu, la veille, précisant que ce sont «446 138 candidats au CEP et 317 995 au BEPC».

A ce propos, le quotidien national Sidwaya titre : «Examens du BEPC et CEP : Des candidats confiants, des communes sans postulants».

Ce journal informe que les épreuves écrites du BEPC et du CEP ont débuté, hier mardi 14 juillet 2020 sur toute l’étendue du territoire national, avant d’ajouter que les autorités sont allées encourager les candidats dans les différents centres d’examen.

Aujourd’hui au Faso (privé) fait remarquer qu’au cours de la première journée de composition il y a eu «des textes de Burkinabè aux épreuves de français».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso, fait observer que «les candidats sont sereins malgré les implications du Covid».

En politique, L’Observateur Paalga revient sur la conférence de presse organisée, la veille à Ouagadougou, par des partis affiliés au Chef de file de l’opposition politique (CFOP), mettant en exergue : «Le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir) devrait avoir la décence de faire un second mea culpa».

Le même titre revient à la Une de Le Pays qui souligne que la conférence de presse a été dirigée par Victorien Tougouma du Mouvement africain des peuples (MAP) et Amadou Diemdioda de l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

Quant à Le Quotidien, il reprend à sa Une, les propos de Do Pascal Cessouma, président de Vision Burkina-Parti pacifiste et candidat à la prochaine présidentielle qui dit : «Le Burkina Faso a besoin de femmes et d’hommes nouveaux pour une nouvelle gouvernance».

Agence d’information du Burkina

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here