Burkina-Education-Examens-Lancement

Burkina/Examens fin de cycles: Le ministre Ouaro compte sur les acteurs pour «une session irréprochable»

Ouagadougou, 15 juillet 2020 (AIB) – Le ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro a invité mardi, «les acteurs impliqués dans l’organisation des examens» du CEP, du CAP, du BEPC et du BEP à faire montre de «probité et de vigilance», pour «une session irréprochable».

«A tous les acteurs impliqués dans l’organisation des examens, je voudrais pouvoir compter sur les qualités dont vous avez fait montre de par le passé que sont la probité, le sens des responsabilités et la vigilance, pour (…) organiser une session irréprochable», a déclaré mardi le ministre Stanislas Ouaro.

Le Pr Ouaro s’exprimait mardi à travers une déclaration à l’occasion du lancement officiel des épreuves écrites des examens du CEP, du CAP, du BEPC et du BEP.

Il a invité les candidats à adopter «un comportement responsable pendant le déroulement des examens», à être «ponctuels, pondérés, attentifs, disciplinés et honnêtes».

«C’est ainsi que vous allez vous montrer à la hauteur des grandes espérances que vos parents, vos enseignants et la nation toute entière placent en vous», a-t-il conseillé.

Il a encouragé les candidats «à avoir confiance» en eux et «à rester concentrés tout au long des examens».

Pour la session 2020, l’on enregistre au Certificat d’études Primaires (CEP), 446 138 candidats dont 54% de filles contre 419 260 à la session 2019 répartis dans 1965 centres de composition.

Au Brevet d’études du premier cycle (BEPC), ce sont 317 995 candidats dont 55,15% de filles contre 301 823 à la session 2019 répartis sur 1460 centres de composition qui sont en liste.

Le Brevet d’études professionnelles (BEP) et le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) enregistrent respectivement 9685 candidats et 5724 candidats répartis dans 86 centres de composition.

Selon le ministre Ouaro, «le gouvernement ne ménage aucun effort pour mobiliser les ressources humaines, matérielles et financières pour relever le défi de l’organisation» des examens.

«Aussi, pour cette session de 2020, l’enveloppe financière allouée s’élève à 15 682 177 000 FCFA», a-t-il indiqué.

Ces examens se déroulent dans un contexte de crise sécuritaire liée aux attaques terroristes et de crise sanitaire liée la pandémie de la covid-19.

Ainsi, le ministre Ouaro dit avoir «une pensée particulière pour tous les élèves déplacés et pour tous ceux qui malgré les conditions sécuritaires et climatiques difficiles bravent les menaces et les intempéries pour permettre à l’école burkinabè d’être résiliente et performante».

Il rassure «les populations (…) que toutes les dispositions nécessaires sont prises (par le gouvernement) pour que les compositions se déroulent dans les meilleures conditions sécuritaires et sanitaires».

Malgré cette assurance, un drame lié aux examens s’est produit hier soir dans la province du Ganzourgou.

De retour d’une mission de lancement des épreuves du CEP et du BEPC à Boenan cinq personnes dont le préfet de Boudry ont perdu la vie, de suites de noyade dans la commune de Boudry.

C’est à Banfora, dans la région des Cascades que le ministre Stanislas Ouaro a procédé ce mardi au lancement officiel des examens du primaire et du post-primaire à l’école «Centre B» où il a fait une partie de ses classes.

Agence d’information du Burkina

WIS/ak

Photo : DCPM/MENAPLN

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here