Burkina-Justice-Outrage-Procès

Burkina : Poursuivi pour outrage à magistrat, l’activiste Rahouf Bayire risque 24 mois de prison fermes

Ouagadougou, 14 Juillet 2020 (AIB)- »Procureur yougou-yougou »,  »Si le Procureur sort à l’heure du couvre-feu, il sera bastonné correctement »…, l’activiste Rahouf Bayiré et quatre autres prévenus, risquent 24 mois fermes de prison, pour avoir injurié le Procureur Harouna Yoda, au moment où celui-ci interpellait les Forces de l’ordre sur les actes de torture infligés à des contrevenants du couvre-feu, lié à la Covid-19.

Rahouf Bayiré et quatre autres prévenus seront situés sur leurs sorts le vendredi 24 Juillet prochain mais ce mardi, au TGI de Ouagadougou, le parquet a requis contre eux, 24 mois de prison fermes et 300 000 FCFA d’amendes.

Ils sont poursuivis pour outrage à magistrat, injures publiques, incitations à la haine des magistrats et à la violence, eu égard à certaines de leurs publications sur leurs pages Facebook, se référant au Procureur du Faso près le TGI de Ouaga 1 Harouna Yoda.

Les actes des prévenus ont été posés au moment où le Procureur du Faso dans un communiqué, interpellait les Forces de défense et de sécurité (FDS) sur la nécessité de proscrire les actes de torture, traitements cruels, inhumains, infligés à des citoyens pendant les heures de couvre-feu, lié à la Covid-19.

Rahouf Bayiré a reconnu avoir qualifié le procureur du Faso, de «Procureur yougou-yougou», tout en ignorant qu’il s’agissait d’un terme dévalorisant.

Le terme yougou-yougou renvoie littéralement à des habits de seconde main, note-t-on.

Un autre prévenu, sur sa page Facebook, a estimé que comme le Procureur du Faso connait ses droits, il n’a qu’à sortir à 20 heures, pendant les heures du couvre-feu.

Pour un troisième prévenu, si le Procureur sort à l’heure du couvre-feu, il sera bastonné «correctement».

Devant la barre du TGI de Ouagadougou, les prévenus disent regretter leurs actes et demandent la clémence du jury.

Agence d’information du Burkina

WIS/ata/ak

ATTENTION : la reprise des propos incriminés a uniquement une visée pédagogique, compte tenu des missions d’information, d’éducation et de sensibilisation, dévolues aux médias.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here