Burkina-Produits-Sécurisation

Le Burkina Faso sécurise deux de ses produits locaux, Roch Kaboré satisfait

Ouagadougou, 6 juil. 2020 (AIB) – Le Burkina Faso vient de sécuriser sa plus célèbre cotonnade, le Faso Dan Fani et son populaire chapeau de Saponé, deux nouvelles qui ont réjoui le président Roch Kaboré.

«C’est la traduction de notre engagement pour la promotion, la protection et la valorisation des produits de notre terroir», a-t-il écrit lundi sur sa page Facebook (Roch M.C Kabore).

«Ma reconnaissance et mes encouragements à tous nos artisans qui s’investissent chaque jour dans la production de ces œuvres de belle facture qui font la fierté de notre pays, et participent à soutenir notre économie», a ajouté Roch Marc Christian Kaboré.

La labélisation du pagne tissé local (Le Faso Dan Fani) vise à lutter contre la fraude et la falsification, à sécuriser de façon unique chaque emballage, à vérifier l’origine et la certification des produits mais aussi de mettre à la disposition des populations des pagnes de qualité, a déclaré le jeudi 2 juillet 2020, le ministre en charge de l’Artisanat Harouna Kaboré.

M. Kaboré s’exprimait, à l’issue d’une cérémonie de signature d’un protocole d’accord pour la sécurisation du label Faso Dan Fani entre son département et la Maison de l’entreprise.

La célèbre cotonnade Faso Dan Fani a été popularisée par le défunt président Thomas Sankara (1983-1987) qui l’avait rendue un temps, son port obligatoire dans l’administration.

Après le régime de la Transition (nov. 2014-déc.2015), l’actuel chef de l’Etat Roch Kaboré et plusieurs de ses ministres, ne portent publiquement que presque du Faso Dan Fani.

Outre la cotonnade, le Burkina Faso a labélisé le samedi 4 juillet 2020, ‘’le Chapeau de Saponé’’, à Saponé (35 km de Ouagadougou), une commune réputée dans la production desdits chapeaux.

«Le chapeau de Saponé est un moyen de promotion économique, une activité très rémunératrice de revenus pour peu que la filière fasse l’objet d’une saine organisation et d’une bonne promotion», a estimé le ministre Harouna Kaboré.

Agence d’information du Burkina

NO-ata/ak

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here