Burkina Faso-Presse-Revue

Fronde sociale et politique dominent la Une des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 6 juil. 2020 (AIB) – les journaux burkinabè de ce lundi analysent la situation politique nationale, sans oublier la fronde sociale, marquée par les revendications syndicales.

«Sanction contre les travailleurs: Des syndicats vent débout», titre Sidwaya, le quotidien national qui relate que la Coalition syndicale contre la baisse du pouvoir d’achat a organisé un meeting, le samedi 4 juillet 2020, sur toute l’étendue du territoire national.

Selon le journal, les manifestants ont exigé, entre autres, la levée de la révocation des travailleurs des impôts et la restitution des salaires suspendus et/ ou coupés illégalement.

«Sur la question de l’Impôt unique sur les traitements de salaires (IUTS) élargi aux primes et indemnités servies aux travailleurs du public, du parapublic et du privé, les syndicats entendent protester +vigoureusement+», rapporte Sidwaya.

A ce sujet, le journal privé Le Pays met en exergue: «Fronde contre l’UITS : Des syndicats maintiennent leur mot d’ordre de grève les 8 et 9 juillet prochains», là où L’Observateur Paalga, arbore : «Application de l’IUTS aux primes et indemnités : les syndicats ne comptent pas faire marche arrière».

Quant à Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, il reprend à sa Une les propos du porte-parole de la Coalition syndicale, par ailleurs, Secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), Bassolma Bazié qui déclare: «Le temps n’aura pas raison de notre détermination».

En politique, les journaux commentent largement l’actualité marquée par les préparatifs pour les élections couplées (présidentielle et législatives) de novembre prochain.

Ainsi, Le Pays informe que Do Pascal Sessouma, président de «Vision Burkina-Parti pacifiste», a été officiellement investi, samedi dernier à Bobo-Dioulasso, candidat de la formation politique pour la présidentielle du 22 novembre 2020.

De son côté, L’Observateur Paalga, rapporte que lors de la première sortie de la Convergence pour le progrès et la solidarité, Génération3 (CPS-G3) Jérôme Zoma (président du parti) a été «adoubé par ses parents de Koudyiri».

Le même journal, dans son ‘’Commentons l’évènement’’, évoque la crise politique au Mali, titrant: «IBK (Ibrahim Boubacar Kéita) avocat de ses opposants».

Pendant ce temps, Sidwaya dans son éditorial intitulé : «Quel audit ?», revient sur la récente sortie du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) Zéphirin Diabré qui a exigé un audit international du fichier électoral au Burkina Faso, avant les élections.

A en croire l’éditorialiste du quotidien national, «l’histoire politique de notre pays est jalonnée de moments forts, où les Voltaïques d’hier et les Burkinabè d’aujourd’hui, n’ont jamais cédé à l’intrusion d’autrui dans leurs affaires intérieures».

Et de conclure : «Alors, si audit il devrait y avoir, ce qui est dans l’intérêt des acteurs, qu’il se fasse sans a priori».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here