Burkina/IUTS : Des centaines d’étudiants protestent à Koudougou

Koudougou, 30 juin 2020 (AIB) – Plusieurs étudiants ont battu le pavé mardi, pour réclamer la reprise normale des activités pédagogiques, suspendues à cause d’un mouvement d’humeur d’enseignants, opposés à l’extension de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) sur les primes et les indemnités des agents publics.

«Aujourd’hui, nous sommes dehors parce que nos évaluations sont bloquées, nos délibérations et nos soutenances sont suspendues. Il va de soi qu’on se mobilise pour réclamer ce qui nous revient de droit», a déclaré mardi au milieu d’une foule compacte, le président du Comité exécutif de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB), Wilfried Bazo.

La veille, le leader estudiantin avait invité sur les réseaux sociaux, ses camarades de l’Université Norbert Zongo à participer à la marche.

Pour les étudiants, le blocage des activités académiques est né après l’extension en février 2020, de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) sur les primes et indemnités des agents publics.

«Les enseignants sont dans leurs droits de revendiquer. Nous sommes des étudiants aujourd’hui, demain nous serons des travailleurs. Un enseignant qui est dans les conditions requises ne peut pas refuser de dispenser un cours», a indiqué le porte-parole des délégués généraux élus, Eliou Kolé.

Pour le délégué général de l’Unité de formation et de recherche en Sciences et technologies (UFR/ST) Justin Nébié, «ce que l’IUTS va rapporter au pays ne vaut pas le coût de saccager l’avenir des étudiants».

En rappel, pour le gouvernement, l’extension de l’IUTS sur les primes et les indemnités des agents publics vise à réparer une injustice fiscale à l’endroit des travailleurs du privé et du parapublic.

Elle va aussi permettre aux pays, de mobiliser davantage de ressources pour faire face à la crise sécuritaire et humanitaire, ajoute l’exécutif.

Mais pour les syndicats qui reprennent les marches le 8 juillet, après une suspension de trois mois à cause de la Covid-19, le gouvernement doit explorer d’autres niches fiscales, mettre fin à la gabegie et supprimer l’IUTS pour tous les travailleurs.

Agence d’information du Burkina

CM-DS/ata/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here