Burkina-Sociétés-d’ Etat-Assemblée

Burkina/Sociétés d’Etat : Le Premier ministre se réjouit d’une performance de 8,73% en 2019

Ouagadougou, 25 Juin 2020 (AIB)-Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré s’est réjoui jeudi, de l’accroissement en 2019, du chiffre d’affaires des sociétés d’Etat, de 8,73%.

«Le chiffre d’affaires global de l’ensemble des sociétés (d’Etat) s’est accru de 8,73% par rapport à 2018. En termes de résultats net, il s’agit d’un accroissement de 10,99%» s’est réjoui jeudi le premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré.

Le chef du gouvernement s’exprimait à Ouagadougou, à la 28è session de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat.

Selon lui, «ces performances ont permis d’améliorer la contribution des entreprises publiques au budget national, qui est passée de 332,097 milliards en 2018 à 335,590 milliards de F CFA en 2019, soit une augmentation de 3,493 milliards de F CFA».

«Ces avancées significatives démontrent que les sociétés d’Etat sont parfaitement en mesure de produire des résultats positifs en se soumettant rigoureusement aux bonnes règles d’administration et de gestion», a-t-il indiqué.

Il a donc encouragé les structures dirigeantes et de supervision des sociétés d’Etat «à s’investir davantage dans l’amélioration continue de leurs performances afin de contribuer significativement à l’économie nationale».

Malgré ces «résultats globaux», le chef du gouvernement relève «des difficultés au niveau de quelques (…) sociétés publiques». «Sur 21 entreprises, 03 sont déficitaires contre six 06 en 2018» a-t-il indiqué.

Il s’agit de la Minoterie du Faso (MINOFA), de la Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT) et de la Société Nationale d’Aménagement des Terres Rurales (SONATER).

«Le déficit cumulé de ces sociétés en difficultés est ressorti à 704 millions de F CFA en 2019», a-t-il affirmé.

Il a donc exhorté les structures dirigeantes et de supervision de ces sociétés d’Etat «à redoubler d’ardeur en vue d’améliorer les résultats des exercices futurs».

Selon Christophe Joseph Marie Dabiré, «la viabilité et la prospérité des sociétés ne peuvent véritablement s’inscrire dans la durée que si celles-ci disposent d’une réelle capacité interne à réaliser de nouveaux investissements».

C’est pourquoi, il a déploré que le taux d’exécution du budget des investissements en 2019, soit «seulement à 46,39%» alors que «le taux d’accroissement des charges courantes a atteint 8% entre 2018 et 2019».

Le Premier ministre Dabiré a donc invité les sociétés d’Etat à «la maîtrise des charges de fonctionnement, en l’occurrence celles de personnel» et à «dégager des marges de manœuvres importantes en vue d’augmenter les capacités d’investissements structurants» de leurs entreprises.

Agence d’Information du Burkina

Wis/ata

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here