Burkina: Le matériel “Energies renouvelables” de faible qualité paupérise davantage les populations (études)

Ouagadougou, 25 juin 2020 (AIB)-La faible qualité du matériel Energies renouvelables, disponible sur le marché, paupérise davantage les populations en particulier celles vivant en milieu rural, selon quatre études rendues publiques le 19 juin 2020 à Koudougou par l’Organisation Néerlandaise de Développement au Burkina Faso (SNV-BF) et ses partenaires.

Dans le cadre du projet «Voice for Change Partnership», l’Organisation Néerlandaise de Développement au Burkina Faso (SNV-BF) et l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), en partenariat avec neuf organisations de la société civile (OSC), ont initié quatre études.

Ces quatre études ont porté sur différents sous-thèmes à savoir : «L’étude sur l’état de lieu de l’offre de formation en énergie renouvelable au Burkina Faso» et l’«Etude nationale sur la formation de niveau intermédiaire (CQB, CQP, BQP, CAP, BEP, BAC) en énergie renouvelable au Burkina Faso».

Il y a eu également «l’Etude sur la relation entre la formation et la qualité du service offert en énergie renouvelable au Burkina Faso », et enfin « Etude sur les opportunités d’emplois dans le secteur de l’énergie renouvelable surtout en milieu rural au Burkina Faso».

Ces études montrent que les produits et services de basse qualité en énergies renouvelables sont les plus demandés, à cause de leurs prix bas et de la faible connaissance des consommateurs et des techniciens.

Cependant, la faible qualité est souvent plus coûteuse car ayant une vitesse de renouvellement et un coût d’entretien intuitivement plus élevés.

Aussi, le choix de la faible qualité contribue à maintenir les populations surtout en milieu rural dans leur situation de pauvreté absolue.

Toutefois, l’indisponibilité des produits et services de qualité, l’ignorance, et tout autre facteur, pourraient expliquer cette préférence des populations rurales pour les produits et services en énergies renouvelables (ER) de basse qualité.

                                                   

                                                 Que retenir de l’étude ?

L’étude a révélé que seulement 14,37% des personnes enquêtées utilisent actuellement des équipements/services en ER. On note seulement 6,62% pour les foyers améliorés, 4,32% pour les kits et lanternes solaires (éclairage) et 1,18% pour les équipements à application productive (Motopompe solaire, Congélateur/Frigo solaire, Pompage d’eau solaire).

Par ailleurs, 37,10% des personnes enquêtées se disent disposées actuellement à acquérir des lampes et kits solaires (éclairage +recharge de téléphone).

Pour les équipements à usage productive (couveuse/ Eleveuse solaire, motopompe et Congélateur/Frigo solaire, bio digesteurs), 2,48% affichent leur intention d’en acquérir maintenant.

Quant à la capacité de se doter des équipements en énergie renouvelable, 25,54% de l’échantillon, disent n’avoir même pas les moyens d’acheter un équipement/service ER.

Cependant, si les conditions d’acquisition sont facilitées (payements échelonnés), ils peuvent se permettre au moins un système solaire.

Agence d’information du Burkina

fk-cm/ata/ak

Lire la version détaillée (cliquez)

 NB: Photo à la Une: illustration AFP.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here