Burkina Faso-Presse-Revue

Situation sécuritaire et futures élections, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 22 juin 2020 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi évoquent les futures élections (présidentielle et législatives) au Burkina Faso, sans oublier la situation sécuritaire dans le pays.

«Elections couplées de novembre 2020 : Des indicateur pour un scrutin sans violence», titre le quotidien national Sidwaya, revenant sur un atelier du Réseau ouest-africain pour l’édification de la paix (WANEP), tenu la semaine dernière à Ouagadougou.

Pour sa part, Le Pays, journal privé, reprend à sa Une les propos du président du Forum des libéraux du Burkina Faso (FLB), Francis Neya qui dit au sujet de la présidentielle de 2020: «Nous soutiendrons les candidats libéraux».

Le même quotidien informe à travers sa rubrique ‘’Confidence du weekend’’ que 59 agents de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ciblés par des terroristes, ont été mis à l’abri.

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, cite les propos du vice-président de la CENI, Adama Kéré qui déclare : «Nous ne sommes pas irresponsables pour aller dans des zones où le risque sécuritaire est élevé».

Le même quotidien revient sur la visité président du Faso à Djibo, dans la région du Sahel, arborant : «Le chef suprême de armées montent au front».

Dans son éditorial, Sidwaya aborde cette actualité, soulignant que «c’est en toute discrétion que le président du Faso, chef suprême des armées, Roch Marc Christian Kaboré, s’est rendu, le jeudi 18 juin 2020, à Djibo, épicentre des exactions terroristes».

Pour l’éditorialiste, il s’agit de «tout un symbole !», rappelant que «pour ceux qui pourraient avoir des trous de mémoire, il faut retenir que c’est la quatrième visite présidentielle dans cette région de notre pays».

Le journal Le Quotidien, quant à lui, cite le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé affirmant que: «Les FDS (Forces de défense et de sécurité, Ndlr) seules ne peuvent pas régler la question du terrorisme, il faut l’engagement de tous».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here