Gayeri : des enseignants observent un sit-in

Gayéri, 11 juins 2020 (AIB)-Une quarantaine d’enseignants du post-primaire et du secondaire de la Komondjari ont observé jeudi matin, un sit-in, pour protester contre la suspension et les coupures de salaires opérées en mars, à la suite d’une grève.

Près de quarante enseignants du post-primaire et du secondaire de la province de la Komondjari sous la houlette du syndicat F/Synter, ont exprimé leur mécontentement à leur directeur provincial par un sit-in, de 7h à 10h le 11 juin 2020.

Réunis devant les locaux de la Direction Provinciale des Enseignements Post-primaire et Secondaire de la Komondjari, ces enseignants des lycées et collèges ont exprimé leur raz-de bol.

Le Secrétaire général de F/ Synter de la province de la Komondjari André Kabré s’est insurgé contre la suspension et la coupure abusives des salaires du mois de mars 2020 de huit (08) de leurs camarades dont trois proviseurs.

Selon M. Kabré, ces enseignants suivent des mots d’ordre national de leur syndicat qui leur interdit l’exécution de certaines tâches dont la tenue des conseils de classes.

André Kabré.

A l’écouter la hiérarchie compte tenir ces conseils de classes dans les meilleurs délais et menacerait encore de couper les salaires, les mois à venir.

Les manifestants disent ne pas comprendre que leur directeur dont «le pouvoir permet de couper injustement le salaire des agents dans des brefs délais», ne soit pas capable d’aider ces derniers à obtenir leurs actes de carrière (actes de bonification, d’avancement, et de mandatement des sortants de l’école) attendus plusieurs années.

Pour les plaignants, ces mesures sont injustes car ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, au moment où des services ont fermé leurs portes à cause de la dégradation de la situation sécuritaire.

André Kabré a souhaité également que les demandes d’affectations pour convenances personnelles soient à nouveau recevables.

Harouna Decard Sawadogo.

Le Directeur Provincial des Enseignements Post-primaire et Secondaire de la Komondjari Harouna Decard Sawadogo dit être surpris de ce mouvement car n’ayant pas obtenu auparavant un préavis.

Monsieur Sawadogo a soutenu que le problème de suspension a été résolu. Il a tout de même promis de transmettre à sa hiérarchie les préoccupations de ces enseignants.

Le Directeur a indiqué que les affectations pour convenance personnelle vont reprendre, selon les informations qui lui sont parvenues.

En rappel, au mois de mars, des coupures et de suspensions de salaires ont été appliqués à des centaines de fonctionnaires, en majorité des enseignants, opposés à l’extension de l’impôt (IUTS) sur les primes et indemnités des agents publics, déjà effective dans le privé et le parapublic.

L’avènement de la Covid-19 en début mars et les mesures restrictives qui ont suivi, ont contraint les syndicats à tempérer leurs manifestations, note-t-on.

Agence d’information du Burkina

Kanlièyama Aboubakar COMBARY (Collaborateur)

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here