Burkina-Santé-Sommet-Vaccination-GAVI-Financement

Alliance mondiale pour la vaccination : Le Burkina va allouer un million de dollars 

Ouagadougou, 5 juin 2020 (AIB)-Le Burkina Faso s’est engagé jeudi à allouer à l’Alliance mondiale pour la vaccination (Gavi Alliance), un million de dollars US pour contribuer à la campagne de reconstitution de ses ressources.

Malgré «ses contraintes» (Terrorisme, coronavirus), le Burkina Faso par la voix du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, s’est engagé jeudi, «à allouer à GAVI un million de dollars américains pour contribuer à la campagne de reconstitution de ses ressources».

Lee président Kaboré a demandé «à tous les donateurs de soutenir Gavi afin de lui permettre de mobiliser la totalité du financement dont elle a besoin pour éviter la réapparition des maladies évitables par la vaccination».

«Je le demande pour les enfants burkinabè et pour les millions d’enfants africains», a-t-il justifié.

Le chef de l’Etat burkinabè s’exprimait jeudi par visioconférence, au cours du  sommet mondial sur la vaccination, organisé par le Royaume Uni, pour la reconstitution des fonds de l’Alliance mondiale pour la vaccination (GAVI).

Selon le président Kaboré, «le Burkina Faso a une longue expérience de partenariat avec GAVI, l’Alliance du Vaccin».

«Avec GAVI, nous avons investi plus de 150 milliards 477 millions 392 mille F CFA

dans l’approvisionnement en vaccins, dans le renforcement de notre système de santé et dans les campagnes de vaccination», a-t-il indiqué.

Il a expliqué que le Burkina Faso et GAVI ont  «ensemble réussi à prévenir des maladies mortelles» et à permettre «à des millions de Burkinabè d’avoir facilement accès aux vaccins contre la rougeole, contre la pneumonie, contre la fièvre jaune, contre la poliomyélite et contre les maladies diarrhéiques, etc.»

 

Selon Roch Marc Christian Kaboré, assurer une meilleure santé des populations, ne nécessite pas seulement «des partenaires solides comme Gavi», mais «il faut également être doté d’un système de santé fonctionnel et d’une volonté politique forte en faveur de la santé des enfants».

Conscient de cela, il a rappelé que dès 2016, le gouvernement burkinabè a instauré la gratuité des soins de santé pour les enfants de moins de cinq ans et pour les femmes enceintes.

«Cette politique a permis de lever la barrière financière à l’accès aux soins pour cette frange de la population», a-t-il indiqué.

Malgré les attaques terroristes que subit le Burkina Faso depuis 2015, le président Kaboré dit avoir «veillé personnellement à ce que la santé soit au rang des premières priorités».

«Nous avons ainsi maintenu le budget annuel de la santé à 13 %, et avec mon gouvernement, nous œuvrons à améliorer, par de nouvelles infrastructures sanitaires, l’offre de soins dans toutes les régions», a-t-il affirmé.

Aussi, le chef de l’Etat se dit fier d’annoncer que «la couverture vaccinale du Burkina Faso dépasse 91 % depuis plus de 10 ans».

Agence d’Information du Burkina

Wis/ata

Source : Présidence du Faso

Photo : Présidence du Faso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here